Les gestionnaires de fonds n’ont pas été aussi baissiers depuis la crise financière grâce à la guerre commerciale

Les résultats de la dernière enquête menée par la Bank of America Merrill Lynch auprès des gestionnaires de fonds (FMS) sont “les plus baissiers” depuis la crise financière.

Au cours du mois de juin, le gestionnaire de fonds moyen est passé de la surpondération des actions mondiales à la sous-pondération.

«Les investisseurs de FMS n’ont plus été aussi baissiers depuis la crise financière mondiale, le pessimisme étant motivé par la guerre commerciale et les craintes de récession», écrit Michael Hartnett, stratège en chef de la Bank of America.

L’enquête, considérée comme un indicateur du moral des investisseurs, portait sur 179 gestionnaires de fonds représentant un actif total de 528 milliards de dollars du 7 au 13 juin.

Les gestionnaires de fonds sous-pondèrent ce marché.

Harnett note que la répartition de l’actif des gestionnaires de fonds «implique une condition de récession».

Parmi les principaux points à retenir, on note que le niveau de trésorerie moyen des investisseurs a atteint le niveau le plus élevé depuis la crise du plafond de la dette américaine de 2011, passant de 4,6% à 5,6%.

Dans le même temps, les prévisions de croissance globale des gestionnaires de fonds ont considérablement diminué depuis l’enquête de novembre 1994 au cours de la «crise de la Tequila». Environ 87% des gestionnaires de fonds ont déclaré que l’économie était en «fin de cycle», la plus haute valeur enregistrée.

Les investisseurs considèrent la guerre commerciale comme leur principale préoccupation, 56% des gestionnaires de fonds la qualifiant de «risque extrême», suivi de l’impuissance de la politique monétaire à 11%, et du ralentissement de la politique américaine et de la Chine à 9%.

Le «commerce le plus encombré» est celui des obligations du Trésor américain à 27%, devançant de loin la technologie américaine (26%) pour la première fois.

Julia La Roche est journaliste aux finances chez Yahoo Finance. Gazouillement.