ICoast: le Ghana veut des prix plus élevés pour le cacao

Londres (AFP) – Les contrats à terme sur le cacao ont fortement augmenté mercredi à la suite d’informations selon lesquelles des producteurs clés, la Côte d’Ivoire et le Ghana, auraient cessé leurs ventes, poussant à la hausse des prix, ont indiqué des concessionnaires.

Le contrat à terme de septembre pour le produit, coté à New York, a atteint son plus haut niveau en 11 mois, atteignant 2 545 dollars, soit une hausse d’environ 1,6% sur la journée.

Les analystes ont attribué cette hausse à un rapport de l’agence de presse Bloomberg selon lequel “les deux plus grands producteurs de cacao au monde ont arrêté leurs ventes pour la récolte qui débutera en octobre 2020, dans l’attente d’un accord avec les acheteurs sur un prix minimum”.

Les deux pays africains, qui représentent ensemble 60% de la production mondiale de cacao, ont convoqué des acheteurs à Accra pour demander un prix de 2 600 dollars la tonne.

Mercredi à Accra, Joseph Boahen Aidoo, directeur général du Ghana Cocoa Board, a déclaré lors d’une conférence de presse que ses demandes avaient été acceptées dans leur principe par les participants, mais qu’il y aurait une réunion de suivi pour déterminer comment

En marge de la réunion, Yves Kone, chef du conseil du café et du cacao de Côte d’Ivoire, a déclaré que l’industrie avait besoin d’un prix équivalant à “une compensation décente” pour les efforts des travailleurs.

Casper Burgering, analyste des matières premières chez ABN Amro, a déclaré à l’AFP que la hausse actuelle des prix pourrait s’avérer temporaire, l’offre actuelle étant plus que suffisante pour satisfaire la demande mondiale.

Un autre analyste, chez Commodafrica à Paris, a cependant déclaré que la sécheresse en Côte d’Ivoire pourrait entraîner un déficit de la prochaine récolte de cacao.