Il n’y a pas de feuille de route pour rompre Facebook, mais voici où le gouvernement pourrait commencer

«Break up Big Tech» est devenu un cri de ralliement des défenseurs des droits des consommateurs et des personnalités politiques.

Mais à quoi cela ressemblerait-il en pratique?

Fortunes’est entretenu avec des experts dans divers domaines du droit et des affaires pour voir comment cela pourrait se jouer avec Facebook, qui est devenu un enfant méchant.

Avant que le gouvernement puisse dissoudre une entreprise, il faudrait une justification juridique.

“Lorsque vous devenez de plus en plus grand, vous avez un avantage disproportionné par rapport à vos rivaux”, a déclaré Ching.

Twitter et LinkedIn sont deux exemples qui diffèrent par leur fonction.

Cependant, un argument de rupture a un point faible.

Le nombre d’utilisateurs et leurs profils compliquent la question du pouvoir.

Pour résumer, Facebook a depuis longtemps le problème de devenir AOL ou CompuServe, deux exemples plus anciens de réseaux sociaux qui ont finalement perdu leur emprise.

Stratégie de rupture

Une scission aurait besoin d’une structure pour le rendre possible sans punir indûment les actionnaires.

“Cela donnerait aux gens la distribution équitable”, a déclaré Rostan.

Une autre possibilité serait un désinvestissement total.

Il y a quelques problèmes.

“Que fait Facebook en ce moment?” Dit Rostan.

Lutte juridique

Si Facebook ne coopérait pas avec une rupture, le gouvernement devrait présenter un dossier antitrust si solide et convaincant qu’un tribunal imposerait une scission.

“Les gens discutent – partout dans le monde – de la question de savoir si ces fusions n’auraient pas dû être autorisées par les lois sur les fusions”, a déclaré Fox dans un courrier électronique à l’adresseFortune, «Et, en théorie, si un tribunal devait juger qu’ils étaient anticoncurrentiels, une vente pourrait être ordonnée.

De telles affaires postérieures à la fusion n’exigent pas une preuve de monopole en vertu de la législation en vigueur, mais seulement un accroissement du pouvoir de marché des acquisitions.

Compte tenu de l’expérience acquise dans des affaires comme Microsoft, la résolution d’un procès peut prendre de nombreuses années et les chances de succès sont loin d’être garanties.

Plus d’histoires à lire absolumentFortune:

-Après le rejet, cette licorne envisage une introduction en bourse pour lever 1 milliard de dollars

—Ce prédicteur de récession atteint des niveaux jamais vus depuis 2007

—Les navetteurs de New York peuvent désormais configurer Apple Pay, Google Pay et Fitbit Pay.

—AT & T est devenu un nouveau genre de géant des médias

—Écoutez notre nouveau briefing audio,Fortune500 par jour

SuivreFortunesur Flipboard pour rester au courant des dernières nouvelles et analyses.