Trump signe un décret déclarant l’urgence nationale qui frapperait Huawei en interdisant les équipements de télécommunication étrangers

REUTERS

Donald Trump a signé un décret interdisant aux entreprises américaines d’utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des entreprises étrangères, ce qui constitue un risque pour la sécurité nationale des États-Unis, dans le but de le diriger vers le chinois Huawei.

La décision du président intervient alors que les tensions ont éclaté entre les deux pays, Beijing et Washington n’ayant pas réussi à trouver un consensus sur le commerce et les tarifs douaniers après des mois de négociations.

Dans une déclaration, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a déclaré que la déclaration d’urgence du président faisait “partie de son engagement à protéger les technologies et les services de l’information et de la communication de notre nation”.

“Le président a clairement indiqué que son administration ferait tout ce qui était en son pouvoir pour assurer la sécurité et la prospérité de l’Amérique et pour protéger l’Amérique des adversaires étrangers qui créent et exploitent de plus en plus activement et de manière croissante les vulnérabilités de l’infrastructure et des services des technologies de l’information et des communications aux États-Unis

L’aile occidentale examinerait le décret depuis plus d’un an, mais aurait retardé la mesure à plusieurs reprises pour des raisons inconnues.

Bien que l’attaché de presse et l’ordre exécutif ne mentionnent pas le nom d’un pays ou d’une entreprise en particulier, la mesure vient de Washington qui craint que Huawei Technologies Co Ltd – le plus grand fabricant mondial de smartphones – puisse être utilisé par le gouvernement chinois

Juste avant la signature de l’ordre exécutif mercredi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré lors de son point de presse quotidien à Beijing que les Etats-Unis avaient “abusé de son pouvoir national” pour “délibérément discréditer” et réprimer les entreprises chinoises.

“Ce n’est ni honorable, ni juste”, a-t-il déclaré.

Soutenez le journalisme libre-pensée et abonnez-vous à Independent Minds

Le nouveau décret représente en quelque sorte un élargissement de la politique américaine déjà en place depuis août, lorsque le président a signé un projet de loi interdisant au gouvernement américain d’utiliser le matériel et les biens Huawei d’une autre société chinoise, ZTE Corp.

Cette mesure fait également suite aux poursuites engagées par les procureurs américains contre deux unités de Huawei dans l’État de Washington pour conspiration visant à voler des secrets commerciaux de T-Mobile.

Reuters a contribué à ce rapport