Inmarsat partage une fusée après qu’un opérateur satellite révèle son offre d’achat de 2,5 milliards de livres

Les actions du groupe de communications par satellite FTSE 250, Inmarsat, ont explosé après l’annonce de son intention de lancer une offre publique d’achat de 2,5 milliards £.

L’action a bondi de 17% après l’annonce par mardi soir de la réception d’une démarche d’un groupe d’investisseurs dirigé par les sociétés de capital-investissement Apax et Warburg Pincus.

Inmarsat a déclaré que le consortium avait soumis la proposition au comptant offrant 545 pence par action le 31 janvier, soit environ 24% de plus que le prix de clôture de 437,8 pence par action de mardi et 47 de plus par action que lorsque l’approche avait été adoptée.

Inmarsat a déclaré que l’offre proposée restait “en discussion”.

Outre le groupe britannique Apax et le groupe américain Warburg Pincus, le consortium comprend également l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada et le conseil du régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario.

Selon le groupe Inmarsat, le groupe est tenu de présenter une offre ferme au plus tard le 16 avril, conformément au règlement du groupe britannique d’acquisition.

Cela intervient après que son rival américain EchoStar Corp s’est écarté des discussions sur l’achat d’Inmarsat l’année dernière, après avoir rejeté une offre de 3,2 milliards de £.

Cependant, une acquisition d’Inmarsat devrait être examinée minutieusement par le gouvernement, compte tenu de sa position d’actif stratégique.

Le rachat proposé d’Inmarsat aurait également pour conséquence de le ramener à des capitaux propres, après avoir été détenu majoritairement par Apax, aux côtés de Permira, avant la création de l’entreprise en 2005.

Selon l’analyste John Karidis, la dernière offre “se compare à celle d’Echostar en juin dernier”, qui avait été décrite à l’époque par Inmarsat comme étant “nettement inférieure à la juste valeur”.

Mais M. Karidis a déclaré que si Inmarsat changeait d’avis, il estimait donc que les actionnaires “devraient accepter l’offre” aux alentours de 544p.