Pourquoi le plan de compensation du MPF du gouvernement de Hong Kong est-il si controversé?

Les autorités municipales ont élaboré des plans pour mettre fin au mécanisme controversé de compensation dans le Fonds de prévoyance obligatoire, qui permet aux employeurs de retirer des paiements pour compenser les indemnités de départ ou les indemnités de licenciement versées aux travailleurs.

Après une tentative infructueuse par l’administration précédente de supprimer le mécanisme, le gouvernement s’est engagé à doubler sa subvention aux entreprises, au moins 17,2 milliards de dollars HK (2,2 milliards de dollars EU) pour les paiements des employeurs pendant 12 ans.

Le gouvernement espère que le projet de loi sera adopté d’ici 2020 et qu’il entrera en vigueur en 2022. Des représentants des milieux d’affaires et des syndicats ont fait pression sur eux pour tenter d’obtenir leur soutien, bien que le secteur des entreprises ne soit toujours pas convaincu. ils ont considéré l’abordabilité du plan.

Mais pourquoi les chefs d’entreprise sont-ils si inquiets, et qu’est-ce qui les dérange vraiment?

Pourquoi le mécanisme de compensation a-t-il été inclus dans le MPF en premier lieu?

Il a été introduit à la fin des années 1980 avec des paiements de service à long terme, bien avant la mise en place du MPF en 2000.

En vertu de ce mécanisme, les employeurs peuvent retirer leurs cotisations des caisses de retraite pour payer les indemnités de départ et les indemnités de licenciement, lorsque les travailleurs sont licenciés ou que les entreprises cessent leurs activités.

Son inclusion dans le MPF a été décrite comme un «compromis» par beaucoup, y compris l’ancienne présidente de l’autorité du régime du MPF, Anna Wu, pour obtenir le soutien du secteur des affaires à cette époque.

Quelle proportion des contributions des travailleurs est compensée?

L’Autorité des régimes de prévoyance obligatoire a déclaré que le montant record de 3,85 milliards de dollars de Hong Kong a été compensé par les employeurs en 2016, soit l’équivalent de 94 pour cent du total des cotisations patronales. Quelque 37 300 travailleurs reçoivent des cotisations patronales nuls au titre du mécanisme de compensation, ce qui représente 74% du total des demandes.

Un total impressionnant de 31,8 milliards de dollars HK de contributions a été compensé depuis la mise en place du MPF en 2000.

Quel est le dernier plan du gouvernement, en termes simples?

Le gouvernement a promis au moins 17,2 milliards de dollars de Hong Kong pour subventionner partiellement les entreprises afin de payer les paiements compensatoires initialement, que les employeurs sont actuellement en droit de réclamer.

La subvention, qualifiée par beaucoup de «compliquée», sera un système à deux vitesses. Le gouvernement diminuera d’abord jusqu’à 50 pour cent pour les paiements des employeurs pour les trois premières années. La subvention sera ensuite réduite de 5% par an jusqu’à ce qu’elle tombe à 5% la douzième année. Après cela, les employeurs seront entièrement responsables de tous les paiements.

Le calcul des indemnités de départ et des indemnités de départ ne sera pas modifié aux deux tiers du salaire du dernier mois de l’employé, multiplié par le nombre d’années de service, plafonné à 390 000 HKD.

Comme dernier ajustement au plan, les employeurs devront créer un compte d’épargne et contribuer l’équivalent de 1 pour cent du salaire des employés pour les longs services ou les indemnités de départ. Il serait plafonné à 15 pour cent du salaire total d’un travailleur, ce qui signifie également que les employeurs contribueraient pour seulement 15 ans par employé.

Le gouvernement fournira une subvention de deuxième niveau, au cas où les cotisations des entreprises dans le nouveau compte d’épargne ne couvriraient pas les indemnités de licenciement et de long service.

Pourquoi le secteur des entreprises est-il si réticent à mettre fin au mécanisme?

Comme le système MPF a hérité du mécanisme de compensation, le secteur des affaires a fait valoir en disant qu’il entraînerait des coûts supplémentaires, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. Cela se traduit également par un changement important dans la politique du MPF, que le Dr Law Chi-kwong, le secrétaire à l’Emploi et au Bien-être social, a reconnu dans un article de blog dimanche.

Stephen Kwok Chun-pong, le président de l’Association des petites et moyennes entreprises, a déjà cité des chiffres du gouvernement selon lesquels même un nouveau fonds d’épargne, à peine 44 pour cent des PME de moins de 10 les 10 premières années; et les entreprises devraient creuser dans leurs propres poches pour les indemnités de départ et les paiements de long service.

Kwok a souligné l’impôt sur les bénéfices à deux niveaux et a suggéré que le gouvernement diminue davantage les sociétés en faisant correspondre 1 pour cent de la contribution des employeurs et en prolongeant l’accord au-delà de la période de grâce de 12 ans.