Les actions de Société Générale dégringolent alors que les bénéfices déçoivent

© AFP / File / par Julien DURY | Société Générale est interrogée sur un scandale de corruption en Libye et sur le prétendu truquage des taux de change

PARIS (AFP) –

Les actions de Société Générale ont dégringolé vendredi alors que la banque française enregistrait des résultats médiocres avec des scandales de pots-de-vin présumés et de possibles truquages ​​de taux qui pèsent encore sur le prêteur.

La banque, l’une des plus importantes en France, a enregistré un bénéfice net de 850 millions d’euros (1,0 milliard de dollars) au cours des trois premiers mois de l’année, une légère amélioration par rapport aux attentes des analystes.

Mais le chiffre d’affaires est en baisse de 2,8% à 6,3 milliards d’euros, a indiqué la banque dans un compte de résultat.

Les analystes de Jefferies ont qualifié les résultats de «décevants», soulignant la faiblesse des opérations de banque de financement et d’investissement, en partie à cause de l’exposition de la banque au choc du marché mondial par la faiblesse du dollar.

Et un bouleversement inattendu chez les dirigeants suite à un autre départ soudain a également découragé les investisseurs à un moment où la banque est toujours confrontée à des vents contraires sur les allégations de corruption en Libye ainsi qu’une enquête sur les taux d’intérêt aux Etats-Unis.

“Les changements de direction inattendus ne sont pas utiles en ce moment” compte tenu des risques de litige en cours, a déclaré les analystes de Jefferies.

Alors que le conseil d’administration de la banque a confirmé que Frederic Oudea, considéré comme un pilier de la stabilité, resterait CEO pour encore quatre ans, d’autres hauts dirigeants ont été remplacés, a indiqué la banque jeudi.

Oudea aura un nouvel adjoint en charge de la banque mondiale et de l’investissement, Severin Cabbanes, après le départ soudain de Didier Valet plus tôt cette année.

Et la banque a indiqué vendredi que son adjoint en charge de la banque de détail, Bernardo Sanchez Incera, démissionnait pour être remplacé par Philippe Aymerich.

– Coûts de règlement énormes –

Les investisseurs ont réagi rapidement aux nouvelles, le cours de l’action de la banque plongeant de 6% à la mi-journée à la Bourse de Paris.

Société Générale a cherché à apaiser les craintes des investisseurs en affirmant que les revenus de la banque de détail en France étaient «encore impactés par la faiblesse des taux d’intérêt, mais devaient se stabiliser en 2018».

Il a également indiqué que ses résultats étaient «généralement en ligne» avec ses plans stratégiques suite à une refonte de la gestion et à une chute des profits de plus d’un quart en 2017.

Mais le groupe continue à panser ses plaies après avoir vu ses profits dégringoler au deuxième trimestre de l’année dernière en raison du coût – près d’un milliard d’euros – de règlement d’un procès pour un scandale de corruption en Libye.

Et les malheurs légaux qui pèsent sur le prêteur depuis que la Libyan Investment Authority a poursuivi Société Générale en 2014 pour avoir prétendument canalisé les pots-de-vin vers les alliés du fils du dictateur déchu Mouammar Kadhafi n’ont pas encore pris fin.

En mars, le prêteur a déclaré qu’il devait régler “dans les semaines à venir” les parties du différend qui n’ont pas encore été clôturées.

Séparément, Société Générale fait également l’objet d’une enquête aux Etats-Unis sur le prétendu trucage du taux d’intérêt Libor, référence mondiale pour les institutions financières.

La banque a déclaré vendredi qu’elle avait mis de côté 1 milliard d’euros pour régler ces deux litiges – mais que ce paiement ne nuirait pas à ses comptes car la somme a déjà été mise de côté pour être utilisée un jour de pluie.

par Julien DURY