Enviva Partners, LP: annonce ses résultats financiers pour le premier trimestre 2018 et annonce une onzième augmentation consécutive de sa distribution

Enviva Partners, LP (NYSE: EVA) (le «partenariat» ou «nous») a publié aujourd’hui ses résultats financiers et d’exploitation pour le premier trimestre de 2018.

  • Déclare une distribution trimestrielle de 0,6250 $ par part, en hausse de 12,6% par rapport à la distribution payée pour le premier trimestre de 2017
  • Une perte nette de 19,3 millions de dollars pour le premier trimestre de 2018, reflétant des dépenses de 19,5 millions de dollars liées à l’incident du terminal de Chesapeake
  • Le BAIIA ajusté de 17,6 M $ pour le premier trimestre de 2018 a été déclaré. Si l’on exclut l’impact total de l’incident au terminal de Chesapeake, le BAIIA ajusté aurait été de 21,8 M $ pour le premier trimestre de 2018.
  • Le terminal de Chesapeake devrait être pleinement opérationnel d’ici le 30 juin 2018; la quasi-totalité des coûts associés à l’incident devraient être recouvrables
  • Confirmation des prévisions de distribution pour l’exercice complet 2018 d’au moins 2,53 $ par part

“Alors que nous poursuivons le processus de restauration du terminal de Chesapeake suite au récent incendie et maintenons une chaîne logistique étendue, nous sommes fiers de notre équipe d’exploitation pour maintenir nos usines à des niveaux supérieurs à ceux du premier trimestre de l’année dernière” a déclaré John Keppler, président et chef de la direction d’Enviva. “Grâce à notre rendement de production stable et en croissance, nos prévisions de ventes demeurent conformes à nos attentes pour l’exercice et renforcent notre confiance dans la distribution d’au moins 2,53 $ par unité pour 2018.”

Présentation des résultats financiers et adoption de l’ASC 606

Au 1er janvier 2018, le Partenariat a adopté la Codification des normes comptables 606 («ASC 606») du Conseil des normes comptablesRevenus des contrats avec les clients, qui oblige les entités à reconnaître       revenu lorsque le contrôle des biens ou services promis est transféré à       clients dans un montant qui reflète la contrepartie à laquelle le       l’entité s’attend à avoir droit en échange de ces biens ou       prestations de service. Avant l’adoption de l’ASC 606, les transactions consécutives à       acheter et vendre des granulés de bois, où le titre et le risque de perte sont       immédiatement transférés à l’acheteur final, ont été enregistrés       «Autres revenus», déduction faite des coûts payés à des fournisseurs tiers. Conformément à       ASC 606, le Partenariat comptabilise désormais les produits de ces transactions       sur une base brute dans “ventes de produits”.

À moins d’indication contraire, les résultats financiers pour le trimestre clos le 31 mars 2018 présentés dans ce communiqué sont préparés sur cette base.

Chesapeake Incident

Comme la société en commandite l’a déjà signalé dans un communiqué de presse et une lettre spéciale aux investisseurs le 9 avril 2018, un incendie (l’incident de Chesapeake) s’est produit le 27 février 2018 au terminal d’exportation maritime de la société au port de Chesapeake, en Virginie. (le “terminal de Chesapeake”). L’incendie a été rapidement maîtrisé grâce aux efforts du personnel sur place et aux processus de suppression et d’atténuation des incendies du terminal de Chesapeake, avec l’aide des services d’incendie locaux et d’autres premiers intervenants. Le processus de restauration du terminal de Chesapeake est en cours et nous nous attendons à ce que le terminal soit entièrement opérationnel d’ici le 30 juin 2018.

La flexibilité et l’atténuation des risques offertes par notre portefeuille d’usines et de ports nous ont permis de répondre à tous les besoins de livraison des clients dans le cadre de nos accords d’enlèvement depuis l’incident. Nous prévoyons satisfaire à toutes nos exigences contractuelles pour le reste de l’exercice, bien que le calendrier d’expédition trimestriel puisse être affecté. Nous croyons que la quasi-totalité des coûts découlant de l’incident de Chesapeake sera recouvrable au moyen de l’assurance ou de nos autres droits contractuels.

En plus de présenter nos résultats financiers conformément aux PCGR, nous avons dans certains cas fourni des résultats financiers excluant l’incidence financière totale de l’incident de Chesapeake. Les conséquences financières de l’incident de Chesapeake incluent les coûts approximatifs encourus jusqu’au 31 mars 2018 pour les interventions d’urgence, l’élimination des stocks de granulés de bois, l’élimination et la réparation des actifs, ainsi que les dépenses connexes de continuité des activités, y compris la logistique supplémentaire. les coûts et la perte de marge sur la production incrémentielle de boulettes de bois, compensés par les recouvrements d’assurance reçus à ce jour.

Résultats financiers du premier trimestre

Pour le premier trimestre de 2018, nous avons généré un chiffre d’affaires net de 125,8 millions de dollars, en hausse de 2,7% ou 3,4 millions de dollars par rapport au trimestre correspondant de 2017. Les ventes nettes de 122,8 millions de dollars «MT») de granules de bois au premier trimestre de 2018, comparativement à 119,0 millions de dollars pour un volume de 623 000 tonnes métriques de granules de bois au cours du trimestre correspondant de 2017. L’augmentation de 3,8 millions de 606.

Pour le premier trimestre de 2018, nous avons généré une marge brute négative de 4,5 M $, comparativement à 16,4 M $ pour la période correspondante de 2017, soit une diminution de 20,9 M $. La diminution de la marge brute est principalement attribuable aux dépenses de 19,6 millions de dollars, déduction faite des recouvrements d’assurance reçus à ce jour, liées à l’incident de Chesapeake.

La marge brute rajustée par tonne métrique était de 7,35 $ pour le premier trimestre de 2018. Si l’on excluait l’incidence financière totale de l’incident de Chesapeake, nous aurions gagné une marge brute ajustée par tonne métrique de 38,11 $. La marge brute rajustée par tonne métrique était de 41,29 $ pour le premier trimestre de 2017. Si l’on retient l’impact de l’ASC 606 à des fins de comparaison, la marge brute ajustée par tonne métrique aurait été de 38,57 $ pour le premier trimestre de 2017.

La perte nette pour le premier trimestre de 2018 était de 19,3 M $ comparativement à une perte nette minime pour le premier trimestre de 2017, une diminution de 19,3 M $ principalement attribuable aux dépenses de 19,5 M $, déduction faite des recouvrements d’assurance reçus à ce jour, liés à l’incident de Chesapeake. .

Le BAIIA ajusté pour le premier trimestre de 2018 était de 17,6 M $, comparativement à 21,3 M $ pour le trimestre correspondant de 2017. La diminution est principalement attribuable aux coûts supplémentaires de 3,9 M $ liés au stockage temporaire, à la manutention et aux opérations de chargement des navires. la baisse des ventes de produits en raison de retards modestes dans les livraisons en raison de l’incident de Chesapeake. En excluant l’impact financier total de l’incident de Chesapeake, le BAIIA ajusté aurait été de 21,8 millions de dollars pour le premier trimestre de 2018. Nous prévoyons que la quasi-totalité des coûts non recouvrés résultant de l’incident seront recouvrables au cours des prochains trimestres.

Les flux de trésorerie distribuables, avant toute distribution attribuable aux droits de distribution incitatifs versés à notre commandité, se sont chiffrés à 8,8 millions de dollars pour le trimestre. En excluant l’incidence financière totale de l’incident de Chesapeake, les flux de trésorerie distribuables auraient été de 13,0 millions de dollars pour le trimestre.

Distribution

Le conseil d’administration de notre commandité a déclaré une distribution de 0,6250 $ par part commune et subordonnée pour le premier trimestre de 2018. Cette distribution est supérieure de 12,6% à celle du premier trimestre de 2017 et représente la onzième augmentation de distribution consécutive depuis l’offre publique initiale d’unités représentant les intérêts de commanditaires. Les flux de trésorerie distribuables de la Société, déduction faite des montants attribuables aux droits de distribution incitative, de 7,5 millions de dollars pour le premier trimestre de 2018 couvrent la distribution pour le trimestre à 0,46 fois. La distribution trimestrielle sera versée le mardi 29 mai 2018 aux porteurs de parts inscrits à la fermeture des bureaux le mardi 15 mai 2018.

Perspectives et conseils

Le Partenariat réaffirme les prévisions pour l’année 2018 par unité de distribution d’au moins 2,53 $, avec des augmentations continues d’un trimestre à l’autre prévues tout au long de l’année. Tel que décrit dans un communiqué de presse et une lettre spéciale aux investisseurs le 9 avril 2018, la Société s’attend à ce que le BAIIA ajusté pour l’année et les flux de trésorerie distribuables fournis dans notre communiqué de résultats du 22 février 2018 demeurent en vigueur malgré l’incidence de Chesapeake Incident. réalisable. Toutefois, les montants réels que nous déclarons pour un trimestre donné et pour l’exercice 2018 dépendront en partie du montant des recouvrements auprès des assureurs et des autres parties responsables, dont le calendrier et l’exécution ne sont pas entièrement sous le contrôle de la Société. De plus, les ratios de couverture des distributions trimestriels peuvent ne pas être comparables aux périodes ou aux objectifs précédemment communiqués par la société en commandite, car les coûts et les recouvrements associés à l’incident de Chesapeake peuvent ne pas correspondre aux mêmes périodes. Les montants d’orientation n’incluent pas l’incidence des acquisitions additionnelles par la société en commandite des coentreprises ou des tiers du promoteur. De plus, bien que les livraisons à nos clients soient généralement évaluables au cours de l’exercice, le revenu trimestriel et les flux de trésorerie de la société sont assujettis à la saisonnalité et à la composition des expéditions des clients, qui varient d’une période à l’autre. À ce titre, le conseil d’administration de l’associé commandité de la société évalue le ratio de couverture de distribution de la société sur une base annuelle au moment de déterminer la distribution pour un trimestre.

Mise à jour du marché et des contrats

Notre stratégie commerciale reste de contracter entièrement la capacité de production du Partenariat. Notre capacité actuelle est jumelée à un portefeuille de contrats hors exploitation qui a une durée moyenne pondérée restante de 9,0 ans et un carnet de commandes de produits de 6,0 milliards de dollars au 15 avril 2018.

Le partenariat a récemment renforcé et étendu sa relation avec Engie Energy Management SCRL («ENGIE»). En plus d’une série d’ententes avec ENGIE que nous avons divulguées précédemment, le Partenariat a récemment conclu une nouvelle entente avec ENGIE pour la vente de 405 000 tonnes métriques de granules de bois entre 2018 et 2020. Au total, le Partenariat est maintenant engagé pour livrer D’avril 2018 à 2023, ENGIE a cumulé environ 1,4 million de tonnes de granulés de bois. De plus, en avril, la Société a conclu un contrat d’achat ferme à long terme avec ENGIE pour fournir 45 000 tonnes métriques par année. (“MTPY”) de granulés de bois pendant quinze ans à partir de 2021.

Selon des experts indépendants du secteur, la demande mondiale de granulés de bois industriels a augmenté de 15% en 2017 et devrait augmenter de 18% par an jusqu’en 2021, en raison de la croissance attendue du marché européen des pellets industriels. croissance rapide en Asie, comme le démontrent plusieurs développements récents:

  • Plus tôt dans l’année, le Parlement européen a finalisé son rapport sur la directive sur les énergies renouvelables II (RED II) et a voté pour augmenter la part de la production d’énergie renouvelable à 35% d’ici 2030. L’objectif des énergies renouvelables de 2030 projets de chauffage et d’énergie de la biomasse. La Commission européenne, le Conseil et le Parlement devraient finaliser le cadre politique RED II vers la fin de 2018.
  • Aux Pays-Bas, le gouvernement a annoncé son intention de fermer le plus grand champ de gaz naturel du pays et encourage les 200 plus grands utilisateurs de gaz naturel à se convertir à une source d’énergie alternative, de préférence renouvelable. Cela renforce encore l’intérêt pour les projets de chauffage industriel de la biomasse, qui sont éligibles à un programme d’incitation gouvernemental qui a récemment alloué 6 milliards d’euros supplémentaires à des projets énergétiques à faible émission de carbone.
  • Le nouveau ministre allemand de l’Energie a déclaré que les émissions de charbon en Allemagne devaient baisser de 60% afin d’atteindre les objectifs contraignants de réduction du carbone de 2030 du pays. Étant donné que toute la production nucléaire allemande devrait être retirée d’ici 2022, et compte tenu des besoins continus de chaleur et d’électricité distribuables, la biomasse industrielle devrait devenir une option de plus en plus attrayante.
  • Au Japon, le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (“METI”) a déjà approuvé des tarifs d’achat (“FiT”) d’environ 14 gigawatts (“GW”) de biomasse en septembre 2017, dépassant de loin l’objectif initial . Le Partenariat continue de négocier avec plusieurs grandes maisons de commerce et services publics japonais pour la fourniture à long terme de granulés de bois et a également achevé sa première livraison à Mitsui au cours du premier trimestre de 2018.
  • L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a récemment publié une déclaration de politique selon laquelle la biomasse des forêts aménagées sera traitée comme neutre en carbone lorsqu’elle est utilisée pour la production d’énergie. Cette position est alignée sur de nombreuses politiques étatiques américaines et des programmes internationaux tels que le système d’échange d’émissions de l’Union européenne.

Activité de commanditaire

La coentreprise originale (la «First Hancock JV») entre les sociétés affiliées de notre commanditaire et John Hancock Life Insurance Company («John Hancock») continue de construire l’usine de 600 000 MTPY à Hamlet, en Caroline du Nord (l’usine Hamlet “). La First Hancock JV prévoit que l’usine Hamlet sera opérationnelle au premier semestre de 2019. La production de l’usine de Hamlet devrait fournir l’usine d’énergie renouvelable Tees de MGT Teesside Ltd., actuellement en construction au Royaume-Uni. Dès les premières livraisons de l’usine Hamlet au terminal maritime en eau profonde de la société en commandite à Wilmington, en Caroline du Nord (le «terminal de Wilmington»), la société effectuera un deuxième et dernier versement de 74,0 millions de dollars à First Hancock certaines conditions et conclure une entente de services terminaux à long terme avec la coentreprise First Hancock pour recevoir, entreposer et charger des granules de bois provenant de l’usine Hamlet. Le contrat de services terminaux conclu entre la société en commandite et la coentreprise First Hancock devrait comprendre des obligations de débit minimal de l’usine de Hamlet.

Tel qu’annoncé précédemment, la nouvelle coentreprise de notre promoteur avec John Hancock («Second Hancock JV») a fait l’acquisition d’une usine de production de granulés de bois à Greenwood, en Caroline du Sud. La deuxième coentreprise Hancock a commencé à investir des capitaux supplémentaires dans l’usine et prévoit augmenter sa capacité de production à 600 000 MTPY, sous réserve de l’obtention des permis nécessaires.

En outre, la deuxième coentreprise Hancock poursuit le développement d’un terminal maritime en eau profonde à Pascagoula (Mississippi) et d’une usine de production de granulés de bois à Lucedale (Mississippi) pour répondre à la demande croissante des clients asiatiques et européens. La deuxième coentreprise Hancock prévoit prendre une décision d’investissement finale sur ces installations à la fin de 2018 ou au début de 2019.

Conférence téléphonique

Nous tiendrons une conférence téléphonique avec la haute direction concernant nos résultats du premier trimestre de 2018 et une mise à jour plus détaillée du marché à 10 h (heure de l’Est) le jeudi 3 mai 2018. Information sur la façon dont les parties intéressées peuvent écouter la conférence appel est disponible sur la page Relations avec les investisseurs de notre site Web (www.envivabiomass.com).       Une rediffusion de la conférence téléphonique sera disponible sur notre site Web après       l’appel en direct se conclut.

À propos d’Enviva Partners, LP

Enviva Partners, LP (NYSE: EVA) est une société en commandite maître cotée en bourse qui regroupe une ressource naturelle, la fibre de bois, et la transforme en une forme transportable, les granulés de bois. La société en commandite vend une grande majorité de ses granules de bois dans le cadre d’ententes de prise ferme à long terme conclues avec des clients solvables au Royaume-Uni et en Europe. La société en commandite possède et exploite six usines d’une capacité de production combinée de près de trois millions de tonnes métriques de granules de bois par année en Virginie, en Caroline du Nord, au Mississippi et en Floride. De plus, la Société exporte des pellets de bois par l’intermédiaire de ses actifs terminaux portuaires au port de Chesapeake, en Virginie, au port de Wilmington, en Caroline du Nord, et à des terminaux maritimes tiers à Mobile, Alabama et Panama City, en Floride.

Pour en savoir plus sur Enviva Partners, LP, veuillez visiter notre site Web à www.envivabiomass.com.

Remarquer

Ce communiqué de presse est censé être un avis qualifié en vertu de la section 1.1446-4 (b) du Règlement du Trésor. Les courtiers et les prête-noms devraient traiter la totalité des distributions de la société en commandite à des investisseurs non américains comme étant attribuables à un revenu qui est effectivement lié à un commerce ou à une entreprise des États-Unis. Par conséquent, les distributions de la société en commandite à des investisseurs non américains sont assujetties à la retenue d’impôt fédéral sur le revenu au taux d’imposition effectif applicable le plus élevé.

Mesures financières non conformes aux PCGR

Nous utilisons la marge brute ajustée par tonne métrique, le BAIIA ajusté et les flux de trésorerie distribuables pour mesurer notre performance financière.

Marge brute ajustée par tonne métrique

Nous définissons la marge brute ajustée comme la marge brute excluant les cessions d’actifs et les amortissements inclus dans le coût des biens vendus. Nous croyons que la marge brute ajustée par tonne métrique est une mesure significative, car elle compare nos activités génératrices de revenus à nos coûts d’exploitation pour une vue de la rentabilité et du rendement par tonne métrique. La marge brute ajustée par tonne métrique sera principalement affectée par notre capacité à atteindre les volumes de production ciblés et à contrôler les coûts directs et indirects associés à l’approvisionnement et à la livraison de fibre de bois à nos usines de production et à la production et distribution de granulés de bois.

EBITDA ajusté

Nous définissons le BAIIA ajusté comme le résultat net excluant l’amortissement, les intérêts débiteurs, la charge d’impôts, les retraits anticipés de dettes, la charge de rémunération sans effet de trésorerie, les dépréciations d’actifs et les cessions, les variations de la juste valeur des instruments dérivés et certains les éléments de revenu ou de perte que nous caractérisons comme non représentatifs de nos activités courantes, y compris certaines dépenses liées à l’incident Chesapeake (comprenant les dépenses d’urgence, les dépenses liées à la disposition des stocks et les coûts de disposition et de réparation des biens compensés par les recouvrements d’assurance) ). Le BAIIA ajusté est une mesure supplémentaire utilisée par notre direction et les autres utilisateurs de nos états financiers, comme les investisseurs, les banques commerciales et les analystes de recherche, pour évaluer la performance financière de nos actifs sans égard aux méthodes de financement ou à la structure du capital.

Flux de trésorerie distribuable

Nous définissons le flux de trésorerie distribuable comme le BAIIA ajusté moins les dépenses en immobilisations liées à la maintenance et les intérêts débiteurs, déduction faite de l’amortissement des frais d’émission de titres d’emprunt, des primes d’emprunt et des escomptes d’émission initiaux. Nous utilisons le flux de trésorerie distribuable comme mesure du rendement pour comparer le rendement de la Société en trésorerie d’une période à l’autre et pour comparer le rendement de la trésorerie de certaines périodes aux distributions en espèces (le cas échéant) qui devraient être versées à notre société. porteurs de parts. Nous ne comptons pas sur les flux de trésorerie distribuables comme mesure de liquidité.

La marge brute rajustée par tonne métrique, le BAIIA ajusté et les flux de trésorerie distribuables ne sont pas des mesures financières présentées conformément aux PCGR. Nous croyons que la présentation de ces mesures financières non conformes aux PCGR fournit des informations utiles aux investisseurs pour évaluer notre situation financière et nos résultats d’exploitation. Nos mesures financières non conformes aux PCGR ne devraient pas être considérées comme des solutions de rechange aux mesures financières conformes aux PCGR les plus directement comparables. Chacune de ces mesures financières non conformes aux PCGR comporte des limites importantes en tant qu’outil d’analyse, car elles excluent certains éléments qui ont une incidence sur les mesures financières conformes aux PCGR les plus directement comparables. Vous ne devriez pas considérer la marge brute ajustée par tonne métrique, le BAIIA ajusté ou les flux de trésorerie distribuables isolément ou comme substituts à l’analyse de nos résultats présentés selon les PCGR. Nos définitions de ces mesures financières non conformes aux PCGR peuvent ne pas être comparables à des mesures portant le même nom d’autres sociétés, ce qui diminue leur utilité.

Les tableaux suivants présentent un rapprochement entre la marge brute ajustée par tonne métrique, le BAIIA ajusté et les flux de trésorerie distribuables et les mesures financières conformes aux PCGR les plus directement comparables, selon le cas, pour chacune des périodes indiquées.

Trois mois se sont terminés

31 mars,

2018 2017 (refonte)
(en milliers, sauf par tonne métrique)
Rapprochement de la marge brute et de la marge brute ajustée par tonne métrique:
Tonnes métriques vendues 648 623
marge brute $ (4 541) 16 368 $
Dépréciation et amortissement 9 304 9 358
Marge brute ajustée 4 763 $ 25 726 $
Marge brute ajustée par tonne métrique 7,35 $ 41,29 $
Trois mois se sont terminés
31 mars,
2018 2017 (refonte)
(en milliers)
Rapprochement du BAIIA ajusté et des flux de trésorerie distribuables avec la perte nette:
Perte nette $ (19 335) $ (45)
Ajouter:
Dépréciation et amortissement 9 408 9 362
Intérêts débiteurs 8 645 7 707
Charge de rémunération sans effet de trésorerie 1 343 1 714
Dépréciations d’actifs et cessions 24
Variations de la juste valeur des instruments dérivés 769
Chesapeake terminal événement 16 590
Frais de transaction 153 2 532
EBITDA ajusté 17 573 21 294
Moins:
Intérêts débiteurs, déduction faite de l’amortissement des frais d’émission de la dette, de la prime de la dette et de l’escompte d’émission initial 8 373 7 326
Dépenses d’immobilisations de maintenance 388 452
Flux de trésorerie distribuables attribuables à Enviva Partners, LP 8 812 13 516
Moins: Flux de trésorerie distribuable attribuable aux droits de distribution incitative 1,264 537
Flux de trésorerie distribuables attribuables à Enviva Partners, LP commanditaires 7 548 $ 12 979 $

Distributions en espèces déclarées attribuables à Enviva Partners, LP limited partners

16 469 $

Ratio de couverture de distribution

0,46

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Certaines déclarations et informations contenues dans ce communiqué de presse, y compris celles concernant nos résultats d’exploitation futurs, les opportunités d’acquisition et les distributions, peuvent constituer des «déclarations prospectives». Les mots «croire», «s’attendre», «anticiper», «planifier, «Prévoir», «prévoir», «devrait», «serait», «pourrait» ou d’autres expressions similaires visent à identifier des énoncés prospectifs, qui n’ont généralement pas un caractère historique. Ces déclarations prospectives sont fondées sur les attentes et les croyances actuelles du Partenariat concernant les développements futurs et leurs effets potentiels sur la Société. Bien que la direction estime que ces énoncés prospectifs sont raisonnables au fur et à mesure de leur réalisation, rien ne garantit que les développements futurs touchant le partenariat seront ceux qu’elle anticipe. Les énoncés prospectifs comportent des risques et des incertitudes importants (dont certains échappent au contrôle de la Société) et des hypothèses qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de l’expérience historique de la Société et de ses attentes ou projections actuelles. Les facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des énoncés prospectifs comprennent, sans toutefois s’y limiter: (i) le volume et la qualité des produits que nous sommes en mesure de produire ou d’acheter et de vendre qui pourraient être touchés négativement, entre autres, des difficultés opérationnelles ou techniques dans nos usines ou terminaux maritimes en eau profonde; (ii) les prix auxquels nous sommes en mesure de vendre nos produits; (iii) le défaut des clients, des fournisseurs et des partenaires d’expédition de la société en commandite de payer ou d’exécuter leurs obligations contractuelles envers la société en commandite; (iv) la solvabilité de nos contreparties contractuelles; (v) la quantité de fibre de bois à faible coût que nous sommes en mesure d’acquérir et de traiter, qui pourrait être affectée, entre autres, par des difficultés opérationnelles ou financières subies par nos fournisseurs; (vi) les changements dans le prix et la disponibilité du gaz naturel, du charbon ou d’autres sources d’énergie; (vii) les changements dans les conditions économiques existantes; (viii) notre incapacité à réaliser des acquisitions, y compris des acquisitions auprès de notre promoteur, ou à réaliser les avantages anticipés de ces acquisitions; (ix) les risques environnementaux inclément ou dangereux, y compris les précipitations extrêmes et les inondations; (x) incendies, explosions ou autres accidents; (xi) les changements dans les lois et règlements nationaux et étrangers (ou leur interprétation) relatifs à l’énergie renouvelable ou à faible émission de carbone, à l’industrie des produits forestiers, à l’industrie maritime internationale ou aux groupes électrogènes; (xii) les changements dans le traitement réglementaire de la biomasse dans les marchés principaux et émergents; (xiii) notre incapacité à acquérir ou à conserver les permis ou droits nécessaires pour nos activités de production, de transport ou de terminal; (xiv) les changements de prix et de disponibilité du transport; (xv) les variations des taux de change ou des taux d’intérêt et l’échec de nos ententes de couverture à réduire efficacement notre exposition aux risques qui s’y rattachent; (xvi) les risques liés à notre endettement; (xvii) notre incapacité à maintenir des systèmes efficaces de contrôle de la qualité dans nos usines de production et nos terminaux maritimes en eau profonde, ce qui pourrait entraîner le rejet de nos produits par nos clients; (xviii) les changements dans les spécifications de qualité pour nos produits qui sont requis par nos clients; (xix) les conflits de travail; (xx) les effets de la sortie anticipée du Royaume-Uni («Brexit») de l’Union européenne sur nos activités et celles de nos clients; (xxi) notre capacité à emprunter des fonds et à accéder aux marchés financiers; (xxii) notre mauvaise estimation des montants et du calendrier des coûts que la Société a engagés et qu’elle engagera à la suite de l’incident de Chesapeake; et (xxiii) notre capacité à recouvrer entièrement et en temps opportun les coûts associés à l’incident de Chesapeake, y compris par le biais de réclamations au titre de nos polices d’assurance et de l’exercice de nos autres droits contractuels; et (xxiv) notre incapacité à remettre le terminal de Chesapeake en pleine activité d’ici le 30 juin 2018.

Pour plus d’informations sur les facteurs significatifs pouvant faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent des résultats prévus, veuillez lire les documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission, notamment le Rapport annuel sur formulaire 10-K et les rapports trimestriels sur formulaire 10-Q. récemment déposé auprès de la SEC. Les lecteurs sont avisés de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs qui ne sont valables qu’à la date de leur publication. La société en commandite n’assume aucune obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement les énoncés prospectifs après la date de leur publication, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement.

États financiers

PARTENAIRES ENVIVA, LP ET FILIALES

Bilans consolidés condensés

(En milliers, sauf le nombre d’unités)

31 mars 2018 31 décembre 2017
Les atouts (non vérifié)
Actifs actuels
Trésorerie et équivalents de trésorerie 5,057 $ 524 $
Débiteurs, déduction faite de la provision pour créances douteuses de 0 $ au 31 mars 2018 et au 31 décembre 2017 48 042 79 185
Créances sur des parties liées 3.613 5 412
Inventaires 34 306 23 536
Charges payées d’avance et autres actifs courants 1 361 1,006
Le total des actifs courants 92 379 109 663
Immobilisations corporelles, déduction faite de l’amortissement cumulé de 125,8 millions de dollars au 31 mars 2018 et de 117,1 millions de dollars au 31 décembre 2017 553 093 562 330
Actifs incorporels, déduction faite de l’amortissement cumulé de 10,5 M $ au 31 mars 2018 et de 10,3 M $ au 31 décembre 2017 109
Bonne volonté 85 615 85 615
Autres actifs à long terme 2 762 2 394
Total des actifs 733 849 $ 760 111 $
Passif et capital des partenaires
Passif à court terme
Comptes à payer 4 363 $ $ 7,554
Dettes liées aux parties liées 19 486 26 398
Charges à payer et autres dettes à court terme 44 098 29 363
Passif à payer aux parties liées 1 211
Partie courante des intérêts à payer 12 573 5,029
Partie à court terme de la dette à long terme et obligations de location-acquisition 7 105 6 186
Total des passifs courants 88 836 74 530
Dette à long terme et obligations de location-acquisition 393 686 394 831
Personne à payer à long terme 74 000 74 000
Intérêts à long terme à payer 920 890
Autres passifs à long terme 7 148 5 491
Responsabilités totales 564 590 549 742
Engagements et éventualités
Capital des partenaires:
Partenaires limités
Porteurs de parts ordinaires – public (13 179 815 et 13 073 439 parts émises et en circulation respectivement au 31 mars 2018 et au 31 décembre 2017) 205 969 224 027
Commanditaire des porteurs de parts ordinaires (1 265 453 et 1 347 161 parts émises et en circulation au 31 mars 2018 et au 31 décembre 2017, respectivement) 12 982 16 050
Commanditaire des porteurs de parts subordonnés (11 905 138 parts émises et en circulation au 31 mars 2018 et au 31 décembre 2017) 85 271 101,901
Commandité (pas d’unités en circulation) (130 596) (128 569)
Accumulation d’autres pertes globales (4 367) (3,040)
Total Enviva Partners, le capital des partenaires LP 169 259 210 369
Total du passif et du capital des partenaires 733 849 $ 760 111 $

PARTENAIRES ENVIVA, LP ET FILIALES

États consolidés résumés des opérations

(En milliers, sauf par montants unitaires)

(Non audité)

Trois mois se sont terminés
31 mars,
2018

2017

(Refonte)

Ventes de produits 122 799 $ 119 047 $
Autre revenu 3 002 3 396
Revenu net 125 801 122 443
Coût des biens vendus, excluant les amortissements 121 038 96 717
Dépréciation et amortissement 9 304 9 358
Coût total des biens vendus 130 342 106 075
marge brute (4 541) 16 368
Dépenses générales et administratives 6 804 8 763
(Perte) revenu d’exploitation (11 345) 7 605
Autre revenu (dépense):
Intérêts débiteurs (8 645) (7 707)
Autre revenu 655 57
Total des autres dépenses, net (7,990) (7 650)
Perte nette (19 335) (45)
Moins la perte nette attribuable aux intérêts des partenaires ne contrôlant pas 1 319
Bénéfice net (perte nette) attribuable à Enviva Partners, LP $ (19 335) 1 274 $
Moins: Perte d’exploitation de Enviva Port of Wilmington, LLC avant l’acquisition Déduction accordée au commandité (1 261)
Enviva Partners, la participation des partenaires de LP dans le revenu net (perte) $ (19 335) 2 535 $
Résultat net (perte) par unité commune de commanditaire:
De base $ (0,78) 0,08 USD
Dilué $ (0,78) 0,07 USD
Revenu net (perte) par unité subordonnée de commanditaire:
De base $ (0,78) 0,08 USD
Dilué $ (0,78) 0,08 USD
Nombre moyen pondéré de parts de commanditaire en circulation:
Commun – basique 14 438 14 380
Commun – dilué 14 438 15 228
Subordonné – basique et dilué 11,905 11,905

PARTENAIRES ENVIVA, LP ET FILIALES

États consolidés résumés des flux de trésorerie

(En milliers)

(Non audité)

Trois mois se sont terminés

31 mars,

2018

2017

(Refonte)

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation:
Perte nette $ (19 335) $ (45)
Ajustements pour rapprocher la perte nette de l’encaisse nette fournie par les activités d’exploitation:
Dépréciation et amortissement 9 408 9 362
Amortissement des frais d’émission de dette, de la prime d’emprunt et de l’escompte d’émission initial 272 381
Dépréciation de l’inventaire 10 383
Recouvrements d’assurance (4 891)
Frais généraux et administratifs engagés par la First Hancock JV avant la liste déroulante Enviva Port of Wilmington, LLC
438
Perte à la cession d’actifs 1,130 24
Rémunération à base d’unités 1 343 1 714
Variations de la juste valeur des dérivés 525 (759)
Perte non réalisée sur les opérations en devises (69)
Variation des actifs et passifs d’exploitation:
Comptes débiteurs nets 36 123 28 192
Créances sur des parties liées 1800 (386)
Dépenses payées d’avance et autres actifs (50) (682)
Actifs détenus en vente (345)
Inventaires (16 509) (1 254)
Autres actifs à long terme 21
Dérivés (601)
Créditeurs, charges à payer et autres passifs courants 8 677 (3 383)
Dettes liées aux parties liées (6 501) (2 580)
Intérêt accru 7 574 6 421
Revenus reportés 143
Autres passifs à long terme 37 382
Flux de trésorerie net provenant des activités d’exploitation 29 316 37 644
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement
Achats d’immobilisations corporelles (1 999) (9 344)
Encaisse nette utilisée dans les activités d’investissement (1 999) (9 344)
Flux de trésorerie liés aux activités de financement
Principaux paiements sur la dette et les obligations découlant de contrats de location-acquisition (1 172) (17 158)
Paiement en espèces lié aux frais d’émission de la dette (209)
Produit de l’émission de parts ordinaires dans le cadre du programme d’offre à la valeur du marché, net 241 1 715
Distributions aux porteurs de parts, droits équivalents de distribution et détenteur de droits de distribution incitative 17,847) (14 829)
Paiement au commandité pour l’achat de parts ordinaires affiliées aux termes du régime incitatif à long terme (2 341)
Paiement au fournisseur pour la retenue d’impôt associée à l’acquisition du régime incitatif à long terme
Produit de l’émission de dette 10 000
Contributions du sponsor liées à Enviva Pellets Sampson, LLC Drop-Down 1 651
Le produit des contributions de la First Hancock JV avant la liste déroulante Enviva Port of Wilmington, LLC
2 915
(22 784) (15 915)
Augmentation nette de la trésorerie, des équivalents de trésorerie et des liquidités soumises à restrictions 4 533
Trésorerie, équivalents de trésorerie et liquidités soumises à restrictions, début d’année 524
5,057 $ 12 851 $

PARTENAIRES ENVIVA, LP ET FILIALES

États consolidés résumés des flux de trésorerie (suite)

Trois mois se sont terminés

31 mars,

2018

2017

(Refonte)

Activités d’investissement et de financement hors trésorerie:
La société a acquis des immobilisations corporelles dans des opérations autres qu’en espèces, comme suit:
Immobilisations corporelles acquises incluses dans les créditeurs et charges à payer 1 587 $ 13 917 $
Immobilisations corporelles acquises en vertu de contrats de location-acquisition 674
Immobilisations corporelles transférées des stocks 2 260
Distributions incluses dans le passif 1 352 509
Dépréciation capitalisée aux stocks 1,037 86
Information supplémentaire:
Intérêts payés 795 $ 854 $