La firme américaine de pot-en-ciel Harvest recueille les yeux à une valorisation de 1,5 milliard de dollars: sources

Par John Tilak et Nichola Saminather

TORONTO (Reuters) – Le détaillant américain spécialisé dans le cannabis, Harvest Enterprises Inc, va collecter 230 millions de dollars (303 millions de dollars canadiens) dans le cadre d’un accord la situation a déclaré à Reuters jeudi.

La société basée à Tempe, en Arizona, avait initialement ciblé 50 millions de dollars grâce à cette offre, mais a porté la valeur de la transaction à 230 millions de dollars en réponse à une forte demande, ont indiqué les citoyens. L’offre, dont le prix est fixé à 6,55 $ par reçu d’abonnement, devrait être clôturée dès cette semaine. Un reçu de souscription peut être échangé contre des actions lorsque la société devient publique.

Un porte-parole externe de la société a refusé de commenter les détails de l’offre. Les sources ont refusé d’être identifiées car les informations ne sont pas publiques.

Harvest prévoit de s’inscrire à la bourse canadienne des valeurs mobilières (CST) par le biais d’une prise de contrôle inversée.

“L’intérêt est élevé”, a déclaré à Reuters Steven White, ancien avocat ayant aidé à fonder Harvest en 2011.

Alors que l’illégalité fédérale jette une ombre sur le marché américain, “tout le monde comprend que le marché américain sera le plus grand marché mondial dans un avenir proche”, at-il ajouté.

Selon Arcview Market Research et BDS Analytics, les États-Unis devraient représenter plus des trois quarts des ventes légales mondiales de cannabis au cours des trois prochaines années.

Une multitude de détaillants et de producteurs de cannabis basés aux États-Unis ont choisi de devenir publique au Canada pour financer leur croissance rapide, l’accès au capital restant limité pour le secteur aux États-Unis.

Les concurrents de Harvest, y compris Medmen Enterprises & lt; MMEN.CD & gt ;, Green Thumb Industries & GtI.CD & gt; et Curaleaf Holdings & lt; CURA.CD & gt ;, se sont tous inscrits au CST cette année par voie de prise de contrôle inversée.

Un RTO permet à une entreprise de devenir publique en entrant dans une société écran cotée en bourse, qui a généralement une échéance plus rapide qu’une offre publique initiale classique.

Harvest prévoit d’ouvrir environ 16 magasins d’ici fin 2018 et 50 d’ici 2019, selon un document confidentiel de présentation d’investisseurs examiné par Reuters.

Le bénéfice des projets de récolte avant intérêts, impôts et amortissements de 226 millions de dollars sur des revenus de 559 millions de dollars en 2020, a montré la présentation. Son multiple de valorisation, à environ 6,7 fois le BAIIA projeté pour 2020, est inférieur à certains de ses pairs.

L’offre de Curaleaf le mois dernier l’a évaluée à 4 milliards de dollars, soit 12,4 fois son EBITDA projeté pour 2020.

Les stocks de cannabis ont reçu un nouvel élan cette semaine concernant l’approbation par les électeurs du cannabis médical dans le Missouri et de l’Utah et de la marijuana à des fins récréatives dans le Michigan, ainsi que du limogeage du procureur général américain Jeff Sessions, opposant farouche à la légalisation fédérale.

Huit Capital, GMP Securities et Canaccord Genuity sont les principales banques qui conseillent Harvest.

(Reportage de Nichola Saminather et John Tilak; édité par Denny Thomas, Susan Thomas et Leslie Adler)