Enviva Partners, LP annonce ses résultats financiers pour le troisième trimestre de 2018 et fournit des prévisions pour 2019

BETHESDA, MD – (BUSINESS WIRE) – Enviva Partners, LP (NYSE: EVA) (la «société en commandite» ou «nous») a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers et opérationnels pour le troisième trimestre de 2018.

Points forts:

  • Bénéfice net déclaré de 13,4 M $ et BAIIA ajusté de 30,2 M $ pour le troisième trimestre de 2018
  • Prolongation de cinq ans de la facilité de crédit et augmentation de la capacité de revolver à 350 millions de dollars
  • Réaffirmation des prévisions de distribution pour l’année 2018 d’au moins 2,53 USD par unité
  • Fourniture des prévisions pour l’exercice 2019 pour un bénéfice net compris entre 31,3 et 41,3 millions de dollars et un BAIIA ajusté de 125,0 millions à 135,0 millions de dollars, sans tenir compte de toute acquisition supplémentaire par les coentreprises du commanditaire ou des tiers
  • Un investissement rentable annoncé dans l’extension de 400 000 MTPA de la capacité de production des usines existantes devrait générer un BAIIA ajusté supplémentaire d’environ 30,0 M $ à compter de 2020

“Nous avons construit un portefeuille d’usines de production et de terminaux d’exportation capables de résister à des événements imprévus et catastrophiques”, a déclaré John Keppler, président du conseil et chef de la direction d’Enviva. «Malgré les effets combinés de l’incendie de Chesapeake et les impacts directs des ouragans Florence et Michael, notre équipe a enregistré un bon trimestre et nous continuons de croire que nos prévisions pour 2018 restent réalisables en supposant que les recouvrements que nous attendons de nos assureurs et d’autres parties. Avec ces événements derrière nous, notre plateforme d’actifs sous contrat à long terme est bien positionnée pour une année 2019 et plus forte. “

Résultats financiers du troisième trimestre

Le bénéfice net pour le troisième trimestre de 2018 s’est établi à 13,4 M $, comparativement à un bénéfice net de 5,0 M $ pour le troisième trimestre de 2017, soit une augmentation de 8,3 M $.

Le BAIIA ajusté pour le troisième trimestre de 2018 s’est établi à 30,2 M $, comparativement à 25,8 M $ pour le trimestre correspondant de 2017. L’augmentation est principalement attribuable aux recouvrements nets d’assurance liés aux coûts de continuité des opérations liés à l’incident de Chesapeake. Compte non tenu de l’incidence financière de l’incident de Chesapeake, le BAIIA ajusté se serait établi à 24,8 millions de dollars pour le troisième trimestre de 2018.

Les flux de trésorerie distribuables, avant les distributions attribuables aux droits de distribution incitatifs versés à notre commandité, s’élevaient à 20,7 M $ pour le troisième trimestre de 2018, comparativement à 17,7 M $ pour le trimestre correspondant de 2017.

Pour le troisième trimestre de 2018, nous avons généré des produits nets de 144,1 millions USD, en hausse de 9,0% ou 11,9 millions USD par rapport au trimestre correspondant de 2017. Les produits nets comprenaient des ventes de produits de 142,5 millions USD sur 762 000 tonnes métriques («MT»). ) de granulés de bois vendus au troisième trimestre de 2018, comparativement à 125,4 millions de dollars sur 668 000 tonnes de granulés de bois vendus au cours du trimestre correspondant de 2017. L’augmentation de 17,1 millions de dollars des ventes de produits est principalement imputable à une augmentation de 14% des volumes de vente, compensée en partie par une baisse des prix due principalement à la composition des contrats clients. Les autres produits se sont élevés à 1,6 million USD pour le troisième trimestre de 2018, comparativement à 6,8 millions USD pour le trimestre correspondant de 2017. Cette diminution est principalement imputable à la hausse des autres produits pour le troisième trimestre de 2017, consistant en des honoraires de 2,2 millions USD reçus de clients demandant une planification. 3,2 millions de dollars liés aux transactions d’achat et de vente.

Pour le troisième trimestre de 2018, nous avons généré une marge brute de 30,1 millions de dollars, contre 20,4 millions de dollars pour la période correspondante de 2017. La marge brute plus élevée résulte principalement des recouvrements d’assurance, déduction faite des frais engagés, liés à l’incident de Chesapeake, ainsi que l’augmentation du volume des ventes, compensée par la baisse des autres produits, la baisse des prix liée à la composition des contrats clients, partiellement compensée par l’évolution des instruments dérivés non réalisés, et la hausse des coûts, y compris le coût des granulés de bois provenant de granulés de bois tiers et apparentés producteurs.

La marge brute ajustée par tonne métrique s’est établie à 55,64 USD pour le troisième trimestre de 2018. En excluant l’incidence financière de l’incident de Chesapeake, nous aurions réalisé une marge brute ajustée par tonne métrique de 39,70 USD. La marge brute ajustée par tonne métrique s’est établie à 46,90 $ pour le troisième trimestre de 2017. En ajustant l’impact de l’ASC 606 à des fins de comparaison, la marge brute ajustée par tonne métrique aurait été de 43,33 $ pour le troisième trimestre de 2017.

Au 30 septembre 2018, la société en commandite avait des fonds en caisse et des emprunts de 11,5 millions $ aux termes de sa facilité de crédit garantie de premier rang, principalement en raison du déséquilibre entre les coûts associés à l’incident de Chesapeake et leur recouvrement par notre polices d’assurance et autres droits contractuels.

Distribution

Tel qu’annoncé le 31 octobre 2018, le conseil d’administration de notre associé commandité (le «conseil») a déclaré une distribution de 0,635 $ par part ordinaire pour le troisième trimestre de 2018. Cette distribution représente la treizième augmentation consécutive depuis offre de parts représentant les intérêts des commanditaires. Le flux de trésorerie distribuable de la Société, déduction faite des montants attribuables aux droits de distribution incitatifs, de 19,2 M $ pour le troisième trimestre de 2018, couvre la distribution pour le trimestre à 1,14 fois. La distribution trimestrielle sera versée le jeudi 29 novembre 2018 aux porteurs de parts inscrits à la fermeture des bureaux le jeudi 15 novembre 2018.

Activité de financement

Le 18 octobre 2018, la société en commandite a modifié et reformulé sa facilité de crédit garantie de premier rang antérieure (telle qu’elle est modifiée, la «facilité de crédit modifiée et reformulée») afin de prolonger l’échéance jusqu’en avril 2023 à compter d’avril 2020 et de porter la facilité de crédit renouvelable à 350 millions de dollars. 100 millions de dollars, réduira la marge de taux d’intérêt applicable et inclura d’autres conditions améliorées. La marge de taux d’intérêt applicable au titre du contrat modifié & amp; La facilité de crédit retraitée est déterminée selon une grille de prix totale basée sur le ratio de levier qui, pour un emprunt en crédit renouvelable en Eurodollars, est de 2,50% en fonction du niveau de levier actuel de la Société, contre 4,25% avec la facilité de crédit précédente.

Une partie du produit des emprunts initiaux au titre de la convention modifiée & amp; La facilité de crédit retraitée a été utilisée pour rembourser 41,2 millions de dollars d’emprunts à terme en cours aux termes de la facilité de crédit précédente. Emprunts futurs dans le cadre du programme modifié & amp; La facilité de crédit mise à jour sera utilisée pour soutenir les initiatives de croissance stratégique et les acquisitions non réalisées de la société en commandite et sera également disponible à des fins de partenariat.

«Le nouveau revolver réduit non seulement notre coût du capital, mais offre également une grande flexibilité pour financer initialement les dépôts et les expansions avant de mobiliser des capitaux à long terme grâce à de nouvelles émissions d’actions et d’obligations», a déclaré Shai Even, vice-président exécutif et chef des finances. Officier d’Enviva. «Nous prévoyons de maintenir une structure de capital équilibrée conforme à nos politiques financières et à notre levier financiers conservateurs tout en continuant de financer notre croissance.»

Perspectives et conseils

Conformément aux prévisions, le Partenariat prévoit de distribuer au moins 2,53 USD par unité de commanditaire pour l’année 2018. Bien que son calendrier d’expédition, ses coûts de production et ses coûts logistiques aient été affectés par les ouragans Florence et Michael (les “ouragans”), ce qui a aggravé la Incidence financière et opérationnelle de l’incendie précédemment signalé au terminal d’exportation maritime de la société en commandite à Chesapeake, en Virginie («l’incident de Chesapeake»), la société en commandite continue de croire que les fourchettes indicatives de BAIIA ajusté et de flux de trésorerie distribuables de 22 La publication des résultats de 2018 reste réalisable, sous réserve du montant et du calendrier des recouvrements des assureurs et des autres parties responsables associés à l’incident de Chesapeake et aux ouragans. En l’absence de tout recouvrement supplémentaire lié à l’incident de Chesapeake et aux ouragans pouvant bénéficier au BAIIA ajusté pour 2018, la société en commandite s’attend à ce que le bénéfice net pour l’exercice 2018 soit d’environ 11 millions de dollars et le BAIIA ajusté à environ 100 millions de dollars. Toutefois, la société en commandite a des créances en suspens liées à l’incident de Chesapeake et aux ouragans de 26,3 millions de dollars qui bénéficieraient au BAIIA ajusté pour 2018, bien que le montant total que la société en commandite recevra au titre de ces réclamations et le calendrier de leur paiement le contrôle de la société.

Pour l’exercice 2019, la Société prévoit que le bénéfice net se situera entre 31,3 millions $ et 41,3 millions $ et que le BAIIA ajusté se situera entre 125,0 millions $ et 135,0 millions $. Les montants indicatifs indiqués ci-dessus pour 2019 ne tiennent pas compte de l’incidence d’éventuelles acquisitions supplémentaires du promoteur, de ses coentreprises ou de tiers par la société en commandite, ni des avantages tirés de la capacité de traitement au terminal maritime en eau profonde de la société en commandite à Hamming, en Caroline du Nord. l’usine, ou toute récupération liée à l’incident de Chesapeake ou aux ouragans. Le revenu et les flux de trésorerie trimestriels de la société en commandite sont soumis à la saisonnalité et à la composition des expéditions effectuées par les clients, qui varient d’une période à l’autre. Ainsi, le conseil d’administration du commandité de la société en commandite évalue annuellement le ratio de couverture des distributions de la société en commandite lorsqu’il détermine la distribution pour un trimestre.

En outre, le Partenariat prévoit d’augmenter la capacité de production globale de ses usines de production de granulés de bois à Northampton (Caroline du Nord) et Southampton (Virginie) d’environ 400 000 tonnes métriques par an (les «Expansion Mid-Atlantic»), sous réserve des recevoir les autorisations nécessaires. La société en commandite prévoit investir environ 130 millions de dollars supplémentaires dans des actifs de production et du matériel de contrôle des émissions, sous réserve de l’achèvement de l’ingénierie détaillée. La capacité d’accroître la capacité et d’améliorer la densité énergétique de nos granulés grâce à une utilisation accrue du pin dans deux de nos usines de production du centre du littoral de l’Atlantique créera des opportunités supplémentaires de vente de granulés à fort potentiel de marge dans notre position contractuelle à long terme les projets d’expansion du centre du littoral atlantique devraient générer plus de 30,0 millions de dollars1EBITDA ajusté incrémental chaque année. Le partenariat attend       achèvement de la construction au début de 2020 avec démarrage peu après.

«Outre les transactions en baisse, l’un des piliers de notre stratégie de croissance consiste à accroître la capacité et la rentabilité de nos installations de production existantes», a déclaré John Keppler. «Nous sommes particulièrement enthousiasmés par les extensions du centre du littoral de l’Atlantique, car la société en commandite a la possibilité d’ajouter une capacité substantielle à un retour sur investissement bien supérieur à celui que nous pourrions obtenir grâce à une acquisition.”

Mise à jour sur le marché et les marchés

Notre stratégie de vente continue d’être de sous-traiter pleinement la capacité de production du Partenariat à une clientèle diversifiée. La capacité de production actuelle de la société en commandite est complétée par un portefeuille de contrats d’achat d’entreprises ayant une durée moyenne pondérée restante de 9,4 ans et un carnet de commandes de 7,4 milliards de dollars au 1 er novembre 2018. notre sponsor et ses coentreprises ont été inclus, notre carnet de commandes moyen pondéré de termes résiduels et de ventes de produits passerait à 11,5 ans et à 12,1 milliards de dollars, respectivement. La société en commandite prévoit avoir la possibilité d’acquérir ces contrats auprès de notre promoteur et de ses coentreprises.

Comme la société en commandite et son promoteur l’ont annoncé précédemment, toutes les conditions préalables à l’entrée en vigueur du contrat d’achat à terme de 15 ans et 180 000 MTP avec la société Marubeni et le contrat de 250 000 années MTP du commanditaire avec Sumitomo Corporation ont été satisfaits. En outre, toutes les conditions préalables à l’entrée en vigueur des contrats à long terme conclus avec Mitsubishi Corporation, annoncés précédemment et portant sur 630 000 MTPA, en vertu desquelles la société en commandite et la deuxième coentreprise Hancock fourniront 180 000 MTPY et 450 000 MTPY de bois granulés, respectivement, ont été satisfaits. Les deux contrats devraient commencer en 2022 et durer au moins quinze ans.

En outre, la société en commandite a convenu avec Lynemouth Power Limited d’augmenter le volume des ventes annuelles dans le cadre de leur contrat d’achat actuel de 200 000 MTPJ sur trois ans à compter de 2020.

Plusieurs développements récents sur le marché continuent de démontrer la forte croissance attendue de la demande mondiale de granulés de bois de qualité industrielle:

  • Dans son rapport d’analyse et de prévision du marché des énergies renouvelables 2018 récemment publié, l’Agence internationale de l’énergie («AIE») a prévu qu’au cours des cinq prochaines années, la bioénergie devrait connaître la plus forte croissance parmi les ressources renouvelables. Selon l’AIE, d’ici 2023, la capacité de production d’électricité installée à partir de la bioénergie devrait atteindre 158 gigawatts («GW»), contre 121 GW en 2017. À plus long terme, l’AIE prévoyait que la part de la bioénergie moderne dans l’énergie mondiale le mélange passera de 4,5% aujourd’hui à 17% d’ici 2060 afin de maintenir le réchauffement planétaire en dessous de 2 degrés Celsius au cours de ce siècle.
  • En Allemagne, la Commission spéciale sur la croissance, les mutations économiques structurelles et l’emploi, aussi appelée «Commission du charbon», poursuit ses délibérations sur la voie à suivre pour mettre fin à la production de charbon afin d’atteindre ses objectifs de réduction des émissions de carbone de 2050. Parallèlement, l’objectif parallèle du gouvernement, qui consiste à retirer toutes les capacités nucléaires d’ici à la fin de 2022, crée des défis que la production de biomasse renouvelable en charge de base peut aider à résoudre.
  • Le gouvernement néerlandais a annoncé les résultats de son cycle d’allocation SDE + pour le printemps 2018, 27% du total des fonds ayant été attribués à des projets dans le secteur de la biomasse, soit 50 projets et environ 950 millions d’EUR d’incitations. Le gouvernement a également confirmé que des incitations totales supplémentaires de 6 milliards d’EUR seraient disponibles lors de la série d’allocations d’automne 2018, ouverte en octobre 2018.
  • La capacité de production d’énergie à partir de la biomasse au Japon, approuvée dans le cadre de son système de tarif de rachat (FiT), a atteint environ 2,4 GW au cours de l’exercice clos le 31 mars 2018. environ 15 à 20 millions de MTPA de biomasse.

Activité de sponsor

La coentreprise initiale (la «première coentreprise Hancock») entre les sociétés affiliées de notre sponsor et la John Hancock Life Insurance Company (États-Unis) («John Hancock») poursuit la construction de l’usine de production d’une capacité nominale de 600 000 MTPY à Hamlet, en Caroline du Nord (la « Usine de hameau ”). La première entreprise commune Hancock prévoit que l’usine de Hamlet sera opérationnelle au premier semestre de 2019.

La société en commandite avait déjà effectué un paiement initial de 56,0 millions de dollars à la clôture de l’acquisition d’Enviva Port of Wilmington, LLC (la «Wilmington Drop-Down»). À la première livraison au terminal de Wilmington par l’usine de Hamlet, la Société versera un autre paiement de 74,0 millions de dollars à la coentreprise First Hancock, sous réserve de certaines conditions.

La deuxième coentreprise entre les sociétés affiliées de notre sponsor et John Hancock (la «Deuxième entreprise commune Hancock») continue d’investir un capital supplémentaire dans son usine de production de pellets de bois à Greenwood, en Caroline du Sud (l’usine de «Greenwood»). L’usine produit actuellement des granulés de bois pour le compte de la société en vertu d’un contrat de vente à emporter. La deuxième entreprise commune Hancock prévoit d’augmenter la capacité de production de l’usine de Greenwood de 500 000 MTPY à 600 000 MTPA, sous réserve de l’obtention des permis nécessaires.

La deuxième entreprise commune Hancock prévoit de prendre une décision d’investissement finale pour un terminal maritime en eaux profondes à Pascagoula (Mississippi) et une usine de production de pellets de bois à Lucedale (Mississippi) fin 2018 ou début 2019, et continue d’évaluer d’autres sites de développement.

La société en commandite prévoit avoir la possibilité d’acquérir ces actifs de notre promoteur et de ses coentreprises avec John Hancock.

Incident de Chesapeake

La société en commandite continue de croire que la quasi-totalité des coûts découlant de l’incendie signalé précédemment (l’incident de Chesapeake) sera recouvrable par le biais d’une assurance ou d’autres droits contractuels. Les recouvrements nets de coûts de continuité des activités liés à l’incident ont eu une incidence sur les résultats financiers de la Société pour le troisième trimestre de 2018.

En plus de présenter nos résultats financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus aux États-Unis («PCGR»), nous avons dans certains cas fourni des résultats financiers excluant l’incidence financière de l’incident de Chesapeake. Les références ci-après à l’impact financier de l’incident de Chesapeake incluent les coûts approximatifs encourus au cours du troisième trimestre de 2018, contrebalancés par les recouvrements d’assurance reçus à ce jour.

Présentation des résultats financiers et adoption de l’ASC 606

À compter du 1er janvier 2018, la société en commandite a adopté la codification 606 des normes de comptabilité du Financial Accounting Standards Board («ASC 606»),Revenus des contrats avec les clients, ce qui oblige les entités à reconnaître       revenus lorsque le contrôle des biens ou services promis est transféré à       clients en un montant qui reflète la contrepartie à laquelle ces       l’entité s’attend à avoir le droit de recevoir en échange de ces biens ou       prestations de service. Avant l’adoption de l’ASC 606, les transactions dos à dos pour       acheter et vendre des granulés de bois, où le titre et le risque de perte sont       immédiatement transférés à l’acheteur final, ont été enregistrés       «Autres produits», déduction faite des coûts payés à des tiers fournisseurs. Conformément à       ASC 606, la société en commandite comptabilise maintenant les produits tirés de telles transactions       sur une base brute en «ventes de produits».

Sauf indication contraire, les résultats financiers pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2018 présentés dans ce communiqué sont préparés sur cette base.

Conférence téléphonique

Nous organiserons une téléconférence avec la direction générale relative aux résultats du troisième trimestre 2018 et une mise à jour plus détaillée du marché à 10 h (heure de l’Est) le vendredi 9 novembre 2018. Informations sur la manière dont les parties intéressées peuvent écouter la téléconférence est disponible sur la page Relations investisseurs de notre site Web (www.envivabiomass.com).       Une retransmission de la téléconférence sera disponible sur notre site Web après       l’appel en direct se termine.

À propos d’Enviva Partners, LP

Enviva Partners, LP (NYSE: EVA) est une société en commandite principale cotée en bourse qui regroupe une ressource naturelle, la fibre de bois, et la transforme en une forme transportable, le granulé de bois. La société en commandite vend une grande majorité de ses granulés de bois dans le cadre d’accords de type «take-or-pay» à long terme conclus avec des clients solvables au Royaume-Uni et en Europe. La société en commandite possède et exploite six usines d’une capacité de production combinée de près de trois millions de tonnes de granulés de bois par an en Virginie, en Caroline du Nord, dans le Mississippi et en Floride. En outre, le Partenariat exporte des granulés de bois par le biais de ses actifs de terminaux maritimes situés dans les ports de Chesapeake en Virginie et de Wilmington en Caroline du Nord, ainsi que de terminaux maritimes tiers à Mobile en Alabama et à Panama City en Floride.

Pour en savoir plus sur Enviva Partners, LP, visitez notre site Web à l’adresse www.envivabiomass.com.

Remarquer

Ce communiqué de presse est censé être un avis avec réserve en vertu de la section 1.1446-4 (b) (4) du Règlement du Trésor. Les courtiers et les prête-noms doivent considérer que 100% des distributions de la société en commandite à des investisseurs non américains sont imputables à un revenu effectivement lié à une activité ou à une activité commerciale des États-Unis. Par conséquent, les distributions de la société en commandite aux investisseurs non américains sont assujetties à la retenue de l’impôt fédéral sur le revenu au taux d’imposition effectif le plus élevé.

Mesures financières non conformes aux PCGR

Nous utilisons la marge brute ajustée par tonne, le BAIIA ajusté et les flux de trésorerie distribuables pour mesurer notre performance financière.

Marge brute ajustée par tonne métrique

Nous définissons la marge brute ajustée comme la marge brute excluant les cessions d’actifs, les amortissements et les variations des instruments dérivés non réalisés liés aux éléments couverts compris dans la marge brute. Nous pensons que la marge brute ajustée par tonne est une mesure significative, car elle compare nos activités génératrices de revenus à nos coûts d’exploitation pour nous permettre d’évaluer la rentabilité et les performances sur une base métrique. La marge brute ajustée par tonne dépendra principalement de notre capacité à atteindre les volumes de production ciblés et à maîtriser les coûts directs et indirects liés à l’approvisionnement et à la livraison de fibres de bois à nos usines de production ainsi qu’à la production et à la distribution de granulés de bois.

EBITDA ajusté

Nous définissons le BAIIA ajusté comme un résultat net excluant les amortissements, les intérêts débiteurs, la charge d’impôts, les charges d’impayés, les charges de rémunération hors caisse, les pertes de valeur et les cessions d’actifs, les variations des instruments dérivés non réalisés liés aux éléments couverts la marge brute et les autres produits (charges), ainsi que certains éléments de résultat que nous considérons comme non représentatifs de nos activités en cours, y compris certains frais liés à l’incident de Chesapeake (comprenant les frais d’intervention d’urgence, les frais liés à la destruction des stocks, coûts de cession d’actifs et de réparation, compensés par les recouvrements d’assurances reçus). Le BAIIA ajusté est une mesure supplémentaire utilisée par notre direction et les autres utilisateurs de nos états financiers, tels que les investisseurs, les banques commerciales et les analystes de recherche, pour évaluer la performance financière de nos actifs sans tenir compte des méthodes de financement ou de la structure du capital.

Flux de trésorerie distribuable

Nous définissons les flux de trésorerie distribuables comme le BAIIA ajusté moins les dépenses en immobilisations d’entretien et les intérêts débiteurs, déduction faite de l’amortissement des frais d’émission de dette, de la prime d’emprunt, des escomptes d’émission initiaux et de l’impact des emprunts supplémentaires liés à l’incident de Chesapeake. Nous utilisons les flux de trésorerie distribuables comme mesure de performance pour comparer la performance de la Société en termes de génération de trésorerie et pour comparer la performance de génération de trésorerie de périodes spécifiques aux distributions de trésorerie (le cas échéant) qui devraient être versées à notre société. porteurs de parts. Nous ne comptons pas sur les flux de trésorerie distribuables comme mesure de liquidité.

La marge brute ajustée par tonne, le BAIIA ajusté et les flux de trésorerie distribuables ne sont pas des mesures financières présentées conformément aux PCGR. Nous estimons que la présentation de ces mesures financières non définies par les PCGR fournit aux investisseurs des informations utiles pour l’évaluation de notre situation financière et de nos résultats d’exploitation. Nos mesures financières non conformes aux PCGR ne doivent pas être considérées comme une alternative aux mesures financières conformes aux PCGR les plus directement comparables. Chacune de ces mesures financières non définies par les PCGR présente d’importantes limites en tant qu’outil d’analyse, car elles excluent certains éléments, mais pas tous, qui ont une incidence sur les mesures financières conformes aux PCGR les plus directement comparables. Vous ne devez pas considérer la marge brute ajustée par tonne, le BAIIA ajusté ou les flux de trésorerie distribuables isolément ou comme substituts à l’analyse de nos résultats, tels qu’ils sont présentés selon les PCGR. Nos définitions de ces mesures financières non définies par les PCGR peuvent ne pas être comparables à celles d’autres sociétés portant le même titre, ce qui en diminue l’utilité.

Notre estimation du BAIIA ajusté différentiel provenant des projets d’expansion au centre du littoral de l’Atlantique repose sur de nombreuses hypothèses soumises à des risques et à des incertitudes importants. Ces hypothèses sont intrinsèquement incertaines et assujetties à des risques et incertitudes commerciaux, économiques, réglementaires, et de concurrence importants qui pourraient entraîner des résultats réels et des montants considérablement différents de cette estimation.

(c) 2018 Business Wire, Inc., Tous droits réservés.