Uniqlo peut supporter le conflit commercial sino-américain, selon une entreprise

Fast Retailing a déclaré que ses produits sont des «produits de première nécessité», qui ne sont pas touchés par le climat économique. © Reuters

TOKYO – Fast Retailing, le propriétaire japonais d’Uniqlo, pourrait contrer l’impact du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis, a déclaré jeudi le directeur financier Takeshi Okazaki lors d’une conférence de presse.

Okazaki a déclaré que les récents développements entre les deux pays “ne vont pas conduire à de graves problèmes” pour le moment et n’ont pas encore conduit à des actions de la société, mais il a admis que l’avenir est incertain. “Nous nous préparons à développer un système dans notre chaîne d’approvisionnement mondiale qui peut durer dans n’importe quelles circonstances”, a-t-il dit, se référant aux bases de production en Asie du Sud-Est et d’autres sites.

Le détaillant de mode s’appuie largement sur la Chine pour la fabrication de vêtements. Cependant, la capacité de production dans d’autres pays, tels que le Vietnam et le Bangladesh, augmente rapidement. Même si les tarifs américains viennent à s’étendre à plus d’importations de vêtements chinois, “nous avons des plans qui nous permettent de répondre”, a déclaré Okazaki.

En ce qui concerne l’impact sur les consommateurs chinois, Okazaki a déclaré qu’il continue d’être optimiste quant à la taille du marché. Il a souligné que les produits Uniqlo sont des «nécessités» qui ne sont pas très affectées par le climat économique, contrairement aux articles de mode plus tendance ou de luxe.

La société a publié jeudi ses résultats du troisième trimestre pour l’année fiscale qui se termine en août 2018. Les ventes de mars à mai ont augmenté de 12,4% et le bénéfice d’exploitation a augmenté de 36,9% par rapport à l’année précédente. Corée, Asie du Sud-Est et Océanie. Il a maintenu ses prévisions record pour l’ensemble de l’année, atteignant 2,11 milliards de yens (18,7 milliards de dollars) de recettes et 225 milliards de yens de bénéfices d’exploitation.