Classes d’actifs majeurs – Profil de corrélation – 12 juillet 2018

Les corrélations de rendement pour les principales catégories d’actifs ont augmenté en 2018, en fonction de la médiane des relations par paires pour les périodes glissantes d’un an au moyen d’un ensemble de produits négociés en bourse. Bien que la corrélation médiane soit toujours bien en deçà des niveaux atteints l’année dernière, la tendance haussière de cette année est évidente, ce qui suggère que les avantages de la diversification peuvent généralement s’atténuer dans les mois (années à venir).

La corrélation médiane pour les principales classes d’actifs a atteint 0,362 jusqu’à la clôture d’hier (11 juillet), sur la base des rendements journaliers pour la dernière période glissante d’un an (252 jours de bourse). C’est juste légèrement en dessous du plus haut de 0,363 en mai depuis le début de l’année. La corrélation médiane a été modérément plus élevée ces dernières années, atteignant la fourchette 0,45-0,50. Compte tenu de la tendance de cette année, il est raisonnable de supposer que la corrélation médiane continuera d’augmenter. (Les données de corrélation vont de -1,0 (corrélation négative parfaite) à zéro (aucune corrélation) à +1,0 (corrélation positive parfaite.))

En se concentrant sur la façon dont les corrélations ont évolué du point de vue du marché boursier américain, on constate qu’une partie importante de l’augmentation générale des corrélations de cette année a été provoquée par un lien plus étroit entre les marchés boursiers à travers le monde. Notamment, les corrélations entre Vanguard FTSE Developed Markets (NYSEARCA: VEA) et Vanguard FTSE Emerging Markets (NYSEARCA: VWO) ont affiché des corrélations plus élevées récemment par rapport à Vanguard Total US Stock Market (NYSEARCA: VTI), comme le montre le graphique ci-dessous. En revanche, la corrélation entre le marché boursier américain et les titres à revenu fixe américains via Vanguard Total Bond Market (NYSEARCA: BND) est restée essentiellement stable et moyenne par rapport à l’histoire récente (basée sur les rendements quotidiens).

Pour un examen plus approfondi des corrélations, passons à l’ensemble de données complet pour toutes les principales classes d’actifs, basé sur les proxies suivants:

Commençons par un examen de toutes les corrélations par paire, basées sur les rendements quotidiens de la fenêtre de fin d’année. Comme l’indique le tableau ci-dessous, la plupart des corrélations sont positives. Quelques paires, cependant, affichent des corrélations négatives – la relation négative la plus profonde se situe entre les actions américaines et les obligations américaines (TIP et BND).

Pour une autre perspective, le tableau suivant montre comment les corrélations s’empilent pour les rendements quotidiens sur la période de cinq ans. Encore une fois, la relation négative la plus profonde se situe entre les actions américaines et les obligations américaines.

Enfin, considérons un autre point de vue: cette fois-ci en utilisant des rendements d’un an (252 jours de bourse) pour calculer les corrélations pour la période de cinq ans écoulée jusqu’à hier. Selon cette définition, les corrélations négatives les plus profondes sont maintenant entre les actions étrangères dans les marchés développés et les obligations américaines (BND et TIP), comme indiqué dans le tableau suivant. Un point à retenir ici est qu’il est crucial d’estimer les corrélations en utilisant une fenêtre temporelle adaptée à la stratégie de votre portefeuille et à votre horizon d’investissement.

S’il y a un grand thème dans les chiffres, c’est qu’il y a une gamme relativement large de corrélations inférieures à 1,0 dans les principales catégories d’actifs. À son tour, c’est un signe que des opportunités robustes sont disponibles, bien qu’à des degrés divers, pour améliorer le risque et le rendement en concevant des portefeuilles diversifiés – une opportunité qui est largement étiquetée comme le seul repas gratuit en matière d’investissement.

Les corrélations historiques, bien sûr, ne sont qu’un guide pour la conception et la gestion de l’allocation d’actifs. L’étape suivante consiste à développer l’intuition sur les corrélations attendues. Le point de départ évident pour cette tâche, cependant, est de passer en revue le dossier historique.