Taux d’intérêt: Qu’est-ce qu’une hausse signifie pour vous?

Getty Images

Avec le temps chaud et le mariage royal stimulant l’économie britannique en mai, les chances d’une hausse des taux d’intérêt dans un proche avenir augmentent.

Au cours des trois mois se terminant en mai, l’économie a progressé de 0,2% par rapport au trimestre précédent, selon les dernières statistiques de l’Office national de la statistique (ONS).

Pour de nombreux commentateurs, ce rebond économique pourrait faire pencher la balance vers un taux d’intérêt de la Banque d’Angleterre lors de la prochaine réunion du Comité de politique monétaire en août.

La Banque envisage certainement de le faire, si ce n’est au mois d’août, puis, à un moment donné, cette année, il est fort probable que l’on prédit une hausse.

Il est susceptible d’être relativement faible, de 0,5% à 0,75%, et pour la grande majorité des ménages, pas particulièrement douloureux.

Néanmoins, il y aura à la fois des gagnants et des perdants.

Les gagnants pourraient inclure 45 millions d’épargnants, qui ont vu certaines améliorations de taux d’intérêt après la hausse précédente en novembre.

Ceux qui envisagent d’acheter une rente pour financer leur retraite sont également susceptibles d’en bénéficier.

Mais au moins quatre millions de ménages avec des prêts hypothécaires à taux variables ou de tracker sont susceptibles de voir leurs paiements augmenter à nouveau.

Hypothèques à taux variable

Au Royaume-Uni, 9,1 millions de ménages ont une hypothèque.

Parmi ceux-ci, environ la moitié sont sur un taux variable standard ou un taux de suivi, s’élevant entre quatre et cinq millions de ménages.

Ce sont les personnes qui seraient les plus touchées, car leurs paiements mensuels augmenteraient.

Ceux qui ont de tels taux variables ont tendance à être plus âgés, et avec des soldes de prêts hypothécaires relativement petits.

Selon le Nationwide, une hausse de 0,25% signifie que quelqu’un sur une hypothèque de £ 200 000 ferait face à payer environ 25 £ supplémentaires par mois, soit environ 300 £ par an.

Hypothèques à taux fixe

La grande majorité des nouveaux prêts hypothécaires – 96% – sont à taux d’intérêt fixe, généralement pour deux ou cinq ans.

Actuellement, la moitié de tous les prêts en cours sont à taux fixe, ce qui équivaut à environ 4,5 millions de ménages.

Ces taux ont déjà commencé à augmenter depuis la hausse des taux de novembre.

Bien sûr, aucun de ces emprunteurs ne verrait une hausse immédiate.

Toutefois, lorsque ces emprunteurs atteignent la fin de leur terme, ils peuvent constater qu’ils doivent effectuer des paiements mensuels plus élevés.

Cela dit, ils pourraient – selon le moment où ils ont contracté leur prêt – conclure une affaire moins chère. Les prêteurs offrant des taux fixes ont tendance à être particulièrement compétitifs.

Épargnants

Lorsque les taux de base augmentent, les taux d’épargne augmentent aussi, en théorie.

Mais cela dépend de la mesure dans laquelle les banques et les sociétés de construction veulent augmenter leurs dépôts.

Ainsi, après la hausse des taux de novembre, les banques ont tardé à répercuter toute hausse sur les épargnants, ou ont généralement répercuté une fraction de la hausse totale.

Selon la Banque d’Angleterre, les rendements des comptes d’épargne individuels (ISA) ont peu changé en décembre.

Pourtant, ils ont bondi significativement en janvier, les rendements moyens des ISA en espèces passant de 0,36% à 0,94%.

En février et mars, ils se sont maintenus à 0,86% avant de chuter à 0,63% fin juin.

Rentes

Toute hausse des taux pourrait également être bénéfique pour les retraités qui achètent une rente – un produit financier qui procure un revenu à vie.

Les taux de rente suivent les rendements – ou les taux d’intérêt – sur les obligations d’État à long terme, autrement connues sous le nom de gilts.

Avec l’anticipation de la hausse des taux de base, ces rendements ont également augmenté, donnant aux retraités une meilleure valeur pour l’argent lorsqu’ils achètent une rente.

En novembre 2011, un homme âgé de 65 ans achetant une rente conjointe pour 100 000 £ aurait eu un revenu annuel de 5 404 £. L’an dernier, il avait chuté de 1 318 £ à 4 086 £.

Cependant, en décembre, le chiffre était de 4 468 £.

Selon la façon dont le marché considère la probabilité de nouvelles hausses du taux de base, les taux de rente pourraient continuer à grimper.

Selon Willliam Burrows de Better Retirement, une hausse de 1% des rendements des fonds d’État se traduit par une hausse de 8% des taux de rente.

Mais nous sommes encore loin des jours grisants des années 1990, quand un pot de pension de 100 000 £ aurait acheté un revenu annuel d’environ 15 000 £ par an.