Bitcoin descend comme des inondations, capacité d’extraction de dent de vague de chaleur

© Reuters. Cryptos est tombé lundi

Investing.com – Bitcoin a baissé lundi, les inondations en Chine et une vague de chaleur européenne pesant sur la capacité minière mondiale.

Bitcoin s’échangeait à 6 715,80 $, en baisse de 0,44% sur l’échange Bitfinex, à partir de 09h09 (13h09 GMT). Bitcoin a lutté pour gagner du terrain au cours des derniers mois, chutant de près de 70% depuis son sommet de près de 20 000 $ en décembre.

La capacité d’extraction de crypto ou de hachage était plus faible, les inondations dans le Sichuan en Chine et une vague de chaleur en Europe rendant les exploitations minières inutiles. Les inondations ont laissé des centaines de milliers de personnes sans abri et ont enveloppé des équipements miniers.

Les mineurs de la Chine produisent environ 50% à 70% du bitcoin du monde, en dépit du fait que le gouvernement chinois interdit l’accès aux plateformes et aux échanges de crypto-monnaie.

Dans l’ensemble, les cryptomonnaies ont baissé, la capitalisation boursière totale de la capitalisation boursière totale s’établissant à 273 milliards de dollars au moment de la rédaction, contre 280 milliards de dollars dimanche.

Ethereum a chuté de 0,86% à 481,06 $ sur l’échange Bitfinex. Ripple, la troisième plus grande monnaie virtuelle, a diminué de 1,45% à 0,47740 $ tandis que Litecoin était à 82,287 $, en baisse de 2,02%.

Dans d’autres nouvelles, un responsable français ne pense pas que les monnaies virtuelles devraient être réglementées.

Jean-Pierre Landau, chef d’un groupe de travail sur la crypto-monnaie du gouvernement chargé d’enquêter sur la politique de régulation de la blockchain française, a déclaré que les régulateurs devraient faire attention à ne pas identifier les monnaies alternatives. La réglementation des pièces numériques pourrait pousser les innovateurs à éviter la réglementation, at-il ajouté.

“Le danger est triple: celui de geler l’évolution rapide de la technologie dans la législation, celle de ne pas saisir la nature réelle de l’objet que l’on entend réguler et celle de pousser l’innovation vers l’évasion réglementaire. Au contraire, la réglementation devrait être technologiquement neutre et, pour le devenir, s’adresser aux acteurs et non aux produits eux-mêmes », a-t-il déclaré.