La part d’AuDA des frais de nom de domaine de .au soulève des sourcils

L’organisme australien de réglementation des noms de domaine est passé de 2,66 $ par année par domaine à 6,13 $. Louie Douvis

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais il y a cinq jours, une prouesse technique délicate affectant tous les sites Web de l’Internet australien a été accomplie sans que quiconque dans le grand public ne s’en aperçoive. Quel est ce que vous voulez arriver.

La société Afilias, basée aux Etats-Unis, qui gère la base de données qui héberge tous les domaines .au, a l’intention de gérer les choses beaucoup moins cher que son prédécesseur. Les prix de gros facturés pour les domaines en .au sont passés de 9,63 dollars par an sous l’ancien opérateur Neustar à 8,67 dollars sous Afilias – une réduction qui pourrait éventuellement se répercuter sur les acheteurs de noms de domaine auprès des vendeurs secondaires.

Mais voici un détail peu écrit. AuDA, l’organisme à but non lucratif approuvé par le gouvernement qui réglemente l’espace, avait l’habitude de prendre 2,66 $ par année de tous les frais de domaine, avec 7,70 $ allant à Neustar. La nouvelle répartition, nous a dit AUDA, est un montant impressionnant de 6,13 $ pour un AUDA par domaine et par an. Ce qui donne probablement 2,54 dollars par an à Afilias, avec lequel il fera tout le travail technique et, espérons-le, fera des bénéfices.

auDA veut créer un fonds de marketing et d’innovation de 12 millions de dollars, ce qui, selon lui, est une bien meilleure affaire, en investissant dans l’industrie au lieu d’envoyer de l’argent dans les poches d’un exploitant en particulier. Mais la taille de la part d’auDA a soulevé des sourcils (ce qui n’est pas difficile à faire dans ce secteur très divisé).

Au cours des années précédentes, l’AUDA n’a pas démontré une stabilité organisationnelle ou une bonne gouvernance. En avril, il a appelé à Victoria Police pour enquêter sur ses anciens employés après le nouveau présidentChris Leptosa été alerté que des voyages familiaux à Disneyland et de grandes factures dans les restaurants américains coûteux ont été mis sur la carte de crédit auDA (politique habituelle, les anciens membres du personnel réclamation). Plus tard ce mois-ci, certains membres d’AUDA, y compris un ancien directeur, tiennent un SGM pour essayer de chasser le conseil. Ce qui fait que pour la deuxième année consécutive, certains membres de l’organisation ont hissé les directeurs dans une SGM. La dernière fois, le président a démissionné à la veille et plusieurs autres ont suivi peu de temps après.

Un examen récent du ministère des Communications sur la façon dont l’AUDA a géré l’espace .au a conclu que «le cadre de gestion actuel n’est plus adapté à l’objectif». À laquelle nous pouvons seulement dire: sans blague. Bien que le nouveau conseil d’auDA dirait qu’ils sont en train de régler ces problèmes hérités, y compris à travers une nouvelle constitution qui sera votée plus tard cette année.