Mémoire du pays du SMIAR: Maurice 02-juillet-2018

L’information de Food Food Security

La production alimentaire intérieure totale est demeurée inchangée en 2017

Légère hausse du taux d’inflation annuel en 2018

Environ 40 pour cent de la surface de Maurice sont utilisés pour la culture, dont environ 90 pour cent sont de la canne à sucre, les terres restantes étant plantées de thé, de tabac et de quelques cultures vivrières.

La production de cultures vivrières est demeurée inchangée en 2017

Le pays importe la majeure partie de ses besoins alimentaires nationaux et ne produit qu’une petite quantité de céréales. La production alimentaire totale, principalement de légumes et de fruits, est restée pratiquement inchangée en 2017, estimée à environ 106 600 tonnes. Cependant, la production de céréales a légèrement diminué, en raison d’une réduction de la production de paddy.

La production de canne à sucre, importante source de revenus à l’exportation, a légèrement diminué en 2017, principalement en raison d’une réduction de la superficie récoltée. Les premières projections pour 2018 indiquent une baisse d’une année à l’autre, liée en partie aux changements des politiques de l’UE en matière de production de sucre, qui devraient réduire les besoins d’importation de l’UE et donc réduire les exportations africaines.

Le taux d’inflation augmente en 2018

Comme le pays est fortement tributaire des importations de produits alimentaires, les prix des denrées alimentaires ainsi que les taux d’inflation intérieurs sont fortement influencés par le taux de change et les prix internationaux. Une dépréciation de la monnaie nationale (roupie mauricienne) et une hausse des prix internationaux du pétrole ont entraîné une légère hausse des taux d’inflation en 2018. En mai 2018, le taux d’inflation annuel était estimé à 4,7% contre 1,9% au même mois de 2017 Les prix du riz et de la farine de blé sont restés stables et inchangés, car ils sont subventionnés par le gouvernement.