L’exploitant du réseau prévient que le vent ne remplira pas l’écart nucléaire de la Suède en hiver

Par Lefteris Karagiannopoulos

OSLO (Reuters) – La Suède va devoir importer plus d’électricité en hiver alors que le pays, exportateur net d’électricité vers le reste de l’Europe, passe du nucléaire à l’éolien, a déclaré son opérateur de réseau.

L’hiver dernier, le premier depuis la fermeture de son réacteur Oskarshamn 1, a étiré les ressources de la Suède alors que la consommation de pointe augmentait de 800 mégawatts (MW), déclenchant des procédures de démarrage dans ses centrales énergétiques de réserve.

Le bilan énergétique de la Suède se détériorera encore à partir de l’hiver prochain, le pays aura besoin d’importations et la situation s’aggravera avec la fermeture de deux autres réacteurs d’ici 2020, a annoncé lundi la Svenska Kraftnat (SVK) dans un rapport.

“Pour l’hiver prochain (si c’est un hiver normal), la Suède devrait importer 400 MW de plus qu’elle n’exporte pendant l’heure avec la plus forte consommation”, a déclaré Erik Hellstrom, analyste du système électrique de SVK. Reuters.

Hellstrom a déclaré que si l’hiver à venir est un «hiver de 10 ans» (plus froid qu’un hiver normal), les importations de la Suède augmenteront jusqu’à 1500 MW de plus que les exportations dans l’heure avec la consommation la plus élevée.

Sur les huit réacteurs nucléaires restants de la Suède, deux fermeront prochainement, Ringhals 2 en 2019 et Ringhals 1 l’année suivante, coupant une production combinée de 1700 MW de son réseau électrique, dont 40% dépendent de la production nucléaire.

“L’énergie éolienne ne peut pas contribuer à l’équilibre énergétique pendant les heures de pointe hivernales avec la même disponibilité que l’énergie nucléaire qu’elle remplace”, a déclaré SVK.

L’expansion de la capacité éolienne de la Suède, avec de nouvelles fermes arrivant dans le système, pourrait également être insuffisante pour couvrir le déficit laissé par les réacteurs nucléaires perdus, a déclaré SVK, avertissant qu’une faible rentabilité pourrait même interdire les projets énergétiques planifiés.

“Les marges pour le bilan énergétique suédois et la capacité à être autosuffisant avec assez d’électricité dans des situations de forte charge se réduisent”, a indiqué le rapport.

La consommation d’électricité la plus élevée enregistrée en Suède l’hiver dernier était d’environ 26 700 MW, a indiqué le réseau, soit près de 40% de l’ensemble de la région nordique.

La Suède devra ajouter 2,6 gigawatt (GW) de plus à sa capacité de production d’électricité d’ici 2040 pour éviter les pénuries d’électricité, a déclaré SVK l’année dernière, le pays risquant des pénuries d’électricité de 400 heures par an en moyenne.

(Édité par Alexander Smith)