Les prix du pétrole déclinent après le soutien saoudien, les préoccupations commerciales

| Photo de licence

2 juillet (UPI) – Les prix du pétrole ont baissé en début de séance lundi après un week-end de déclarations de sécurité énergétique de l’Arabie saoudite et des inquiétudes concernant les retombées des tensions commerciales.

Le Canada a célébré dimanche une fête nationale avec des mesures commerciales réciproques aux États-Unis, imposant des tarifs douaniers sur des marchandises américaines d’une valeur d’environ 12,5 milliards de dollars. La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré dans un communiqué du week-end que les tarifs imposés par les États-Unis jusqu’à présent étaient protectionnistes et illégaux.

“C’est avec regret que nous prenons ces contre-mesures, mais les tarifs américains ne laissent au Canada que le choix de défendre nos industries, nos travailleurs et nos communautés, et nous resterons fermes à cet égard”, a-t-elle déclaré.

Le Canada est l’un des plus grands fournisseurs d’acier aux États-Unis. Ed Longanecker, le président de Texas Independent Producers & amp; Royalty Owners Association, a déclaré à UPI pendant le week-end que le tarif américain sur l’acier importé était un tueur d’emplois.

“Cela se traduira finalement par une réduction du nombre de puits forés, une perte nette d’emplois américains, une perte de recettes fiscales et un ralentissement de l’investissement dans les infrastructures énergétiques”, a-t-il déclaré.

Les actions commerciales américaines contre la Chine et l’Union européenne ont suscité des inquiétudes au sujet d’une guerre commerciale mondiale qui pourrait saper la croissance économique et alourdir la demande future.

Le prix du pétrole brut Brent, la référence mondiale pour le prix du pétrole, était en baisse de 0,92% à 9h13 HAE à 78,50 $ le baril. West Texas Intermediate, l’indice de référence américain, était en baisse de 0,27% à 73,95 $ le baril.

La perte fait suite au bond de 5% de la semaine dernière pour Brent. Le prix du pétrole a été soutenu par les inquiétudes concernant un déficit d’approvisionnement pétrolier dans la seconde moitié de l’année provoqué par des problèmes persistants au Venezuela, des pannes liées au conflit en Libye et des pénuries potentielles d’Iran, tous trois membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Les ministres de l’OPEP à la fin de juin ont promis de mettre plus de pétrole sur le marché au second semestre, mais l’engagement était encore à court d’un éventuel déficit. Le président américain Donald Trump s’est tourné vers Twitter durant le week-end pour appeler l’Arabie saoudite à ouvrir le robinet.

Phil Flynn, analyste de marché principal pour le PRICE Futures Group à Chicago, a déclaré dans un bulletin électronique quotidien que le pétrole supplémentaire en provenance d’Arabie Saoudite serait une solution à court terme et ne ferait qu’exacerber les inquiétudes concernant le déficit imminent du marché.

“La capacité de production de pétrole de remplacement est déjà à un niveau historiquement bas”, a-t-il déclaré.

Ailleurs, les commerçants pourraient évaluer la victoire d’Andrés Manuel López Obrador aux élections présidentielles mexicaines du week-end.

Ixchel Castro, directeur des marchés du pétrole et du raffinage en Amérique latine au sein du groupe de consultants Wood Mackenzie, a déclaré dans un communiqué envoyé par courriel que la nouvelle administration pourrait aider à stimuler le secteur énergétique mexicain.

“Cette administration est prête à récolter les fruits des réformes – augmentation de la production, investissement privé et création d’emplois – mais cela nécessitera un fort soutien de l’administration entrante et du soutien de la coalition gouvernementale”, a-t-elle déclaré.