P1.3 B dans les articles de combat non livrés à PNP – COA

MANILLE, Philippines – La Commission de l’audit a ordonné à la Police nationale des Philippines (PNP) d’exiger la livraison immédiate d’actifs de mobilité et de combat d’une valeur de 1,347 milliard de livres achetés par l’administration précédente par l’intermédiaire de la Philippine International Trading Corp. PITC).

Dans son rapport d’audit annuel sur le PCP, l’ACO a noté que les articles achetés auprès du CCIP en mars et en avril 2016 ne sont toujours pas livrés au 31 décembre 2017, malgré les paiements effectués totalisant 1 347 616 452 P1.

“Nous avons recommandé que la direction (PNP) exige la livraison immédiate de tous les équipements de mobilité / combat dans les six prochains mois; sinon, exiger que le PITC rembourse le total des paiements anticipés de 1,347 milliard de livres pour le dépôt au Trésor national “, a déclaré le COA.

Le COA a en outre conseillé au PNP de “s’abstenir de se prévaloir des services du PITC, sauf en cas de nécessité absolue”.

Les actifs non livrés comprennent 42 unités de camions utilitaires, six unités de transport de personnel léger, quatre unités d’intégrateur, 12 unités de lance-grenades automatique, 3 300 unités de poncho et 50 autres articles connexes.

“Depuis 2016, date à laquelle les transferts de fonds ont été effectués, aucun des éléments requis n’avait été livré au 31 décembre 2017 … Il est bon de noter que la valeur des actifs de mobilité et de combat de 1 347 milliards d’euros aurait pu contribuer à la capacité des forces de police d’accomplir efficacement et efficacement son mandat et aurait profité au personnel du PCP », a déclaré l’ACO.

L’ACO a noté le mémorandum d’accord que le PCP, sous l’administration Aquino, avait conclu avec le PITC ne contenait aucune disposition quant au calendrier de livraison des actifs de mobilité et de combat.

L’ACO a déclaré qu’un tel accord était «désavantageux pour le PCN, compte tenu de son besoin urgent de l’équipement mentionné ci-dessus».

L’organe d’audit a déclaré que le PNP devrait engager des dépenses supplémentaires s’élevant à 23,9 millions de pesos car l’article II du PA prévoyait que le PITC serait payé avec des «frais de service» allant jusqu’à 4% du budget approuvé du projet pour le contrat plus 12%. taxe sur la valeur ajoutée.

“Les frais de service P23,904,722.15 seront perçus par le PITC auprès du PNP lors de l’achèvement / livraison des projets d’approvisionnement. Un montant important qui aurait pu être utilisé à la place pour acquérir des actifs de mobilité si le PCP avait géré le marché lui-même et effectué l’analyse coûts-avantages nécessaire avant de mettre en œuvre son plan d’engagement des services du PITC ».

Le PCP a répondu que l’administration actuelle n’avait pas fait appel aux services du Centre au cours des deux dernières années en raison de la non-livraison des articles précédemment achetés.

Le PNP a déclaré que son comité des offres et récompenses est maintenant celui qui s’occupe de l’achat des articles programmés dans le cadre du Programme de renforcement des capacités (PEC) du PCP.

“En fait, le PNP a obtenu une capacité d’absorption de près de 98% dans tous les achats de PNP pour CY 2017”, a déclaré le PNP.

Perdu

Le COA a également déclaré qu’un total de 1,893 milliard de P de fonds publics semble avoir été gaspillé avec l’achat par le PNP de 2 054 unités de véhicules de patrouille en 2015.

Les véhicules de police ont été trouvés pas adaptés pour les opérations de police et sujettes à de fréquentes pannes.

Dans son rapport d’audit annuel, le COA a déclaré que le PNP, sous l’administration Aquino, avait acheté 1 656 unités de jeeps de patrouille Mahindra Enforcer d’une valeur de 1 543 859 200 et 398 unités de véhicule léger Mahindra Scorpio (LTV) sans de toute évaluation des besoins opérationnels.

Les dossiers de l’ACO montrent que tous les véhicules ont été achetés à Columbian Autocar Corp. (CAC) sous le PEC du PNP en mars et en décembre 2015.

Outre le fait que le Comité de gestion des achats du PNP n’a pas évalué l’adéquation des véhicules Mahindra aux opérations policières, en particulier dans les régions éloignées, il y a eu aussi des changements soudains «imprudents» des spécifications des véhicules avant leur achat.

L’organisme de vérification a noté que la Commission nationale de police (Napolcom) a émis deux résolutions datées du 16 août 2013 et du 8 mai 2014 fixant les normes minimales dans les spécifications des jeeps de patrouille à acheter. la Napolcom a finalement été approuvée.

L’ACO a déclaré que les spécifications révisées prévoyaient des normes moins strictes pour les véhicules «qui sont désavantageux en termes de manœuvrabilité et de capacité de charge plus importante».– AvecEmmanuel Tupas