L’ancien homme le plus riche de Tanzanie, Rostam Aziz, remportera plus de 200 millions de dollars de la vente des actions de Vodacom

Le président tanzanien John Pombe Magufuli (C) examine une garde d’honneur des troupes alors qu’il assiste à une cérémonie marquant le 56ème anniversaire de l’indépendance du pays à Dodoma le 9 décembre 2017. / AFP PHOTO / STR (Crédit photo devrait lire STR / AFP / Getty Images)

Le magnat tanzanien multimillionnaire Rostam Aziz est actuellement en train de vendre ses parts restantes dans Vodacom Tanzania, la plus grande société de télécommunications mobiles du pays.

Selon un article du journal Tanzania’s Citizen, l’homme d’affaires tanzanien vend sa participation de 26,25% dans la société au groupe Vodacom d’Afrique du Sud. L’enjeu est actuellement évalué à plus de 200 millions de dollars, mais on ne sait pas encore combien Vodacom South Africa va payer le tycoon tanzanien pour la participation. UNE

Les actions d’Aziz sont détenues via Mirambo Holding, le véhicule d’investissement de sa famille. En 2014, Aziz a vendu à Vodacom South Africa une participation de 17,2% dans Vodacom Tanzania pour un montant de 240 millions de dollars. A l’époque, Aziz détenait les actions via Cavalry Holdings, une société d’investissement privée enregistrée dans l’île de Jersey et entièrement contrôlée par lui.

Vodacom Tanzania, qui compte plus de 11 millions d’abonnés actifs, est la plus grande entreprise de téléphonie mobile du pays et la deuxième opération la plus réussie du groupe Vodacom en Afrique, après son unité sud-africaine qui compte plus de 23 millions d’abonnés. En août dernier, la société a fait ses débuts à la bourse de Dar es Salaam.

Rostam Aziz, 57 ans, était autrefois l’homme le plus riche de la Tanzanie et le premier milliardaire du pays. Outre sa participation dans Vodacom Tanzanie, il a construit une fortune grâce à des participations dans la société minière sous contrat Caspian Mining, un port à Dar es Salaam, de vastes terrains en Tanzanie et au Moyen-Orient et des investissements dans les médias tanzaniens.