Iran, Venezuela La production de pétrole pourrait chuter de 30%, selon l’AIE

© Reuters. La production de pétrole de l’Iran et du Venezuela pourrait chuter de 30%, selon l’AIE

Investing.com – La production de pétrole de l’Iran et du Venezuela pourrait chuter de 30%, a annoncé l’Agence internationale de l’énergie dans ses dernières prévisions mercredi.

La production brute de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de la Russie, dont le Venezuela et l’Iran font partie, a augmenté de 50 000 barils par jour (bpj) en mai pour atteindre 31,69 millions de bpj. Cette augmentation est due à la hausse de la production en Arabie Saoudite, en Irak et en Algérie, qui a permis de compenser un déclin important du Venezuela et du Nigeria, a indiqué l’agence.

L’augmentation des sanctions contre l’Iran et le Venezuela par les États-Unis a pesé sur les niveaux de production des deux pays. Les baisses pourraient continuer à diminuer de 30%, a déclaré l’AIE.

L’OPEP devrait se réunir à Vienne le 22 juin et devrait décider d’augmenter ou non l’offre d’un million de barils par jour, l’OPEP étant confrontée à des pertes du Venezuela et de l’Iran.

L’organisation a accepté en décembre de réduire la production de pétrole de 1,8 million de bpj jusqu’à la fin de 2018. L’accord devait se terminer en mars 2018, après avoir été prolongé une fois.

L’AIE a également établi ses prévisions pétrolières pour l’année prochaine, avec des prévisions selon lesquelles la demande mondiale augmentera de 1,4 million de barils par jour en 2019, principalement en raison de la pétrochimie.

“Parallèlement à une forte croissance économique, le développement de l’industrie pétrochimique dans le monde soutiendra la croissance de la demande de pétrole”, indique le rapport.

L’organisation basée à Paris a également averti que les risques potentiels pourraient miner ses prévisions.

“Cela inclut la possibilité de prix plus élevés, un affaiblissement de la confiance économique, un protectionnisme commercial et un renforcement potentiel du dollar américain”, note le rapport.

En attendant, l’organisation a déclaré que la croissance de l’offre non-OPEP pour 2019 était prévue à environ 1,7 million de bpj par rapport à 2 millions de bpj cette année. Cependant, les États-Unis devraient connaître la plus forte croissance, représentant environ 75% de la croissance hors OPEP cette année et l’année prochaine.

Après le rapport, les futures sur le brut américain West Texas Intermediate (WTI) ont baissé de 0,21% à 66,22 dollars le baril à partir de 04h24 (8h24 GMT).

Le prix à terme du Brent, l’indice de référence pour les prix du pétrole à l’extérieur des États-Unis, s’établissait à 75,56 dollars le baril, soit une baisse de 0,43%.