MISE À JOUR 2 – Le rendement des obligations allemandes à deux ans tombe à son niveau le plus bas des trois derniers mois

* Le rendement “Schatz” chute à moins 0,793% en début de période

* Enchère obligataire en France malgré la “richesse” des obligations

* Les prix EONIA chutent, mais restent élevés car la distorsion persiste

* Rendement des obligations gouvernementales de la périphérie de la zone euro tmsnrt.rs/2ii2Bqr (Met à jour les prix, les résultats des enchères, et ajoute un devis)

Par Fanny Potkin et Dhara Ranasinghe

LONDRES, 7 décembre (Reuters) – Le rendement des emprunts d’Etat allemands à deux ans est tombé à son plus bas niveau depuis trois mois, l’incertitude politique et l’anticipation d’une augmentation des achats de la Banque centrale européenne avant la fin de l’année dette de la plus grande économie de l’Europe.

Les rendements du Trésor américain ont baissé mercredi alors que l’appétit pour le risque diminuait après une liquidation de certains marchés boursiers étrangers et la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël a déclenché une vague de protestations de la part des dirigeants mondiaux.

Cela a donné le ton pour le début de la session européenne. En outre, selon les analystes, les achats anticipés d’actifs par la BCE avant la fin de l’année ont entraîné une baisse des rendements allemands.

La BCE a déclaré plus tôt cette semaine qu’elle n’achèterait pas d’obligations dans le cadre de son plan de relance du 21 décembre au 29 décembre, s’attendant à ce que les liquidités du marché chutent autour des vacances de Noël.

Le taux des obligations allemandes à deux ans a légèrement reculé de plus d’un point de base jeudi à -0,793%, son plus bas niveau depuis le 8 septembre. Il a légèrement reculé à -0,78% à la mi-journée. Les rendements obligataires à dix ans ont atteint leur plus bas niveau depuis trois mois et ont atteint un point de base supérieur de 0,31%.

“Dans l’ensemble, un risque modéré a envahi les marchés”, ont déclaré les analystes d’ING.

Lors de sa dernière vente aux enchères de l’année, la France a vendu 3,997 milliards d’euros d’obligations d’État à taux fixe, ou OAT, jeudi.

“Les ratios bid-to-cover étaient un peu plus bas que d’habitude, mais dans l’ensemble, c’est une enchère décente, surtout compte tenu de la richesse du papier français”, a déclaré le stratège d’ING Martin van Vliet. “La France est actuellement l’obligation d’Etat la plus valorisée par rapport à ses fondamentaux.”

En outre, l’Espagne a vendu 4,1 milliards d’euros (4,8 milliards de dollars) de dette à une vente aux enchères d’obligations jeudi.

Le chef de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, devrait prendre la parole plus tard dans la session.

Un taux de référence du jour au lendemain clé que les banques européennes utilisent pour prêter de l’argent les uns aux autres est resté en vue après la flambée de la semaine dernière.

L’indice EONIA (Euro Over Night Index Average) a été fixé à -0,326% mercredi, en baisse de 0,241% la semaine dernière. Mais il reste élevé, suggérant que les distorsions du marché persistent, selon les analystes.

“Nous sommes convaincus que l’excès de liquidité dans une banque de périphérie est plutôt à blâmer”, ont déclaré les analystes de Commerzbank dans une note. “Cela signifie que la distorsion devrait devenir plus persistante et la fixation plus erratique.”

Pour le blog de Reuters Live Markets sur les marchés boursiers européens et britanniques, voir reuters: // realtime / verbe = Open / url = http: //emea1.apps.cp.extranet.thomsonreuters.biz/cms/? PageId = livemarkets

Reportage de Dhara Ranasinghe, édité par Larry King