General Electric va supprimer 12 000 emplois

EPA

General Electric devrait supprimer 12 000 emplois dans son secteur de l’énergie, soit 18% de l’effectif mondial de la division.

Le groupe industriel américain s’attend à ce que les pertes d’emplois «douloureuses mais nécessaires» aident à économiser 1 milliard de dollars l’année prochaine, alors que la demande de centrales à combustible fossile diminue.

GE a l’intention de supprimer 1 100 emplois dans ses activités d’énergie au Royaume-Uni, principalement à Stafford et à Rugby.

Ailleurs, un tiers de la main-d’œuvre suisse et un sixième des travailleurs allemands sont susceptibles d’être touchés.

“Les marchés traditionnels de l’énergie, y compris le gaz et le charbon, se sont assouplis”, a indiqué la compagnie.

En octobre, GE a réduit ses prévisions de bénéfices après avoir enregistré une baisse de 5% de ses bénéfices au troisième trimestre à 1,8 milliard de dollars, en raison de la faiblesse des échanges dans ses activités d’énergie et de pétrole et gaz.

“Plus simple et plus fort”

“Cette décision était douloureuse mais nécessaire pour que GE Power réponde à la perturbation du marché de l’électricité, qui entraîne une baisse significative des volumes de produits et de services”, a déclaré Russell Stokes, président et chef de la direction de GE Power.

“Ce plan nous rendra plus simples et plus forts, afin que nous puissions générer plus de valeur pour nos clients et investisseurs.”

Le patron des opérations de GE au Royaume-Uni et en Irlande, Mark Elborne, a déclaré que la société restait engagée au Royaume-Uni et resterait l’une des cinq premières entreprises industrielles du pays.

Il a dit: “Ce ne sont pas des propositions que nous faisons jamais à la légère et nous comprenons que ces nouvelles seront difficiles pour beaucoup de gens.

“Malheureusement, nous croyons que ces changements sont nécessaires pour nous assurer que nous pouvons rester compétitifs et assurer l’avenir de GE Power au Royaume-Uni.

“Nous avons partagé nos propositions avec les représentants des employés aujourd’hui et nous allons commencer une période de consultation avant de prendre une décision finale.”

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une restructuration du nouveau directeur général John Flannery, qui a succédé en août à son prédécesseur vétéran, Jeff Immelt.