LG & E et KU annoncent leur intention de fermer deux unités de production de charbon en 2019

Le président Donald Trump a signé jeudi une résolution rejetant les règles de protection des cours d’eau – un ensemble de règlements visant l’exploitation du charbon près des cours d’eau. (16 février) AP

Le président de LG & E et KU Energy a également cité les finances dans la décision de fermer les brûleurs à charbon de deux décennies à l’usine de Brown près de Harrodsburg.

Kentucky Utilities E.W. Brown Generating Station près de Harrodsburg, Kentucky (Photo: avec l’aimable autorisation de LG & E et KU Energy)

LG & E et KU Energy ont déclaré mardi qu’ils allaient supprimer d’autres unités de combustion du charbon, plus anciennes et plus chères.

Blâmer – ou créditer – ces lumières LED super-efficaces et les réglementations environnementales plus strictes. Ces deux facteurs ont contribué à la décision de la société de fermer deux unités alimentées au charbon en février 2019 à la centrale Brown de Kentucky Utilities, près d’Harrodsburg, dans le centre du Kentucky.

Une unité plus grande et plus récente sur la propriété continuera à brûler du charbon, et l’entreprise continuera également à exploiter une ferme solaire et une centrale hydroélectrique à cet endroit, ont indiqué des responsables de l’entreprise.

“Nous cherchons continuellement des occasions de réduire les coûts pour les clients tout en maintenant un approvisionnement fiable en énergie”, a déclaré Paul W. Thompson, président et chef de l’exploitation de LG & E et KU. «Le retrait de deux de nos groupes électrogènes au charbon les plus anciens et les plus chers, tout en évitant des dépenses en immobilisations environnementales plus coûteuses pour la conformité, profite à nos clients.

Plus de titres

Les unités datent de 1957 et 1963 et ne sont pas équipées de tous les derniers contrôles de la pollution de l’air.

Wallace McMullen, un défenseur de longue date du Sierra Club pour l’énergie propre au Kentucky, s’est félicité de cette annonce.

«La fermeture de ces anciennes centrales électriques au charbon est une bonne nouvelle pour les clients du Kentucky et pour l’avenir de nos petits-enfants», a-t-il déclaré. «Chaque retrait d’une ancienne usine de charbon sale est un facteur positif pour un air plus sain et une planète plus saine.

L’éclairage LED et d’autres mesures d’efficacité énergétique prises par les clients de LG & E et KU Energy ont permis d’économiser 500 mégawatts d’électricité, soit assez pour éviter la construction d’une nouvelle centrale électrique, a déclaré Chris Whelan, vice-président des communications. Le coût de l’éclairage LED économe en énergie, en particulier, a fait une grande différence au Kentucky et à travers le pays, a-t-elle déclaré.

Le ministère de l’Énergie des États-Unis affirme que l’utilisation répandue de l’éclairage à DEL a le plus grand impact potentiel sur les économies d’énergie aux États-Unis, réduisant potentiellement la demande de l’équivalent de 44 grandes centrales d’ici 2027.

Et même si le président Trump s’est vanté de la façon dont il a réduit les formalités administratives pour stimuler le charbon, l’entreprise a cité la réglementation comme un autre facteur. Le stockage des déchets de charbon est devenu plus coûteux avec de nouvelles règles pour protéger l’eau, et l’entreprise économisera de l’argent en n’ayant pas à étendre une décharge de cendres de charbon autant avec les deux unités fermées, a déclaré Whelan.

Sur la base de ces facteurs, la société a déterminé que la solution la moins coûteuse pour les clients consiste à retirer deux anciennes centrales au charbon, a indiqué M. Whelan.

Avec un gaz naturel plus propre qui surpasse désormais le prix du charbon, l’entreprise a connu une transition majeure.

Les fermetures prévues à Brown portent à huit le nombre total d’unités de production au charbon retirées par KU et son entreprise sœur, Louisville Gas and Electric Company, en huit ans en moins de cinq ans, y compris trois unités à son usine de Cane Run à Louisville. usine à gaz a été construit.

Rejoignez le journaliste James Bruggers au 502-582-4645 et à jbruggers@courier-journal.com. Suivez-le sur Twitter @jbruggers.