Engie est en pourparlers avec Total pour une partie de son activité GNL

SINGAPOUR / PARIS (Reuters) – La compagnie française de gaz Engie & lt; ENGIE.PA & gt; est en discussions avec Total & lt; TOTF.PA & gt; et d’autres sociétés non identifiées lors de la révision de certaines de ses activités de gaz naturel liquéfié (GNL), a-t-il indiqué lundi, évoquant la perspective d’une éventuelle vente.

Dans une déclaration, Engie a déclaré avoir lancé une révision stratégique de ses unités GNL en amont et intermédiaires – qui comprennent la liquéfaction, le transport et le négoce de GNL – bien que des activités en aval telles que la regazéification n’aient pas été incluses.

Le journal financier La Lettre de l’Expansion avait rapporté qu’Engie était en pourparlers pour une éventuelle cession de sa division GNL à Total et qu’un accord pourrait être conclu dans les semaines à venir.

“A ce stade, il ne peut y avoir aucune certitude quant à savoir si les discussions avec les contreparties, y compris Total, conduiront à un accord”, a déclaré Engie.

Le vice-président exécutif d’Engie, Didier Holleaux, a confirmé à Reuters Engie est à la recherche d’un partenaire pour certaines parties de l’entreprise. “Pour que le GNL soit rentable, nous devons être aussi grands que possible, nous cherchons donc un partenaire”, a déclaré M. Holleaux lors d’une conférence à Singapour.

Les responsables de Total n’ont pas pu être joints pour un commentaire immédiat.

Isabelle Kocher, Directrice Générale d’Engie, est en pleine restructuration avec 15 milliards d’euros (13,3 milliards d’euros) de ventes d’actifs et 22 milliards d’euros d’investissements.

Total prévoit de démarrer la distribution de gaz et d’électricité en France d’ici la fin de l’année et vise à gagner environ 2 millions de clients.

(Reportage de Florence Tan, Sudip Kar-Gupta, Pascale Denis et Sarah White, édité par Jason Neely et David Holmes)