L’affaire de shopping pour Khayelitsha

L’épicerie peut être moins chère grâce à une nouvelle entreprise qui aide les gens à acheter en vrac.

Cette entreprise, Lakheni, achète au nom de résidents de Khayelitsha à Cape Town à la fin de chaque mois.

Nokwethu Khojane, l’un des fondateurs de l’entreprise, a déclaré que les clients de Lakheni paient entre 20% et 40% de moins que d’habitude pour leurs courses en raison des coûts de transport économisés et des achats en vrac.

«Les résidents des régions à faible revenu paient parfois plus que les autres services pour les services et les biens parce que l’infrastructure n’est pas correctement développée et que les gens doivent parcourir de longues distances pour se rendre aux magasins.

“Au Cap-Occidental, par exemple, 40% des résidents vivent dans des communautés à faible revenu. Seulement 10% des supermarchés de la province répondent à ces communautés. “

Les frais de transport en font une excursion coûteuse: le consommateur doit payer le trajet en taxi dans les magasins, puis payer deux places au retour, de sorte que les sacs d’épicerie peuvent être acceptés.

Khojane et sa partenaire, Lauren Drake, ont réalisé que les gens pouvaient économiser beaucoup d’argent s’ils n’avaient pas à payer de transport.

En outre, ils pourraient obtenir des rabais pour l’achat en vrac.

Donc, la paire a commencé à acheter au nom de personnes il y a 18 mois.

Pour atteindre le plus grand nombre de personnes possible dans un court espace de temps, ils se sont concentrés sur les endroits où les gens avaient déjà tendance à se rassembler, comme des crèches, des groupes de jeunes ou des groupes de femmes.

Ils rassemblent des listes de courses auprès des clients et achètent tout, du lessivage au sucre à Makro, Jumbo et 1Up.

Ils font leurs recherches et se promènent pour trouver les meilleurs prix et offres.

Une fois que tout a été acheté, ils déposent les magasins à des points de livraison spécifiés – principalement des créches – qui se trouvent à distance de marche des maisons de la plupart des familles.

En fait, leur passion pour aider les crèches a donné à Khojane et Drake l’idée de l’entreprise.

«Nous étions étudiants de MBA ensemble et voulions travailler dans des crèches pour faire avancer le développement de l’enfance», a déclaré Khojane.

“Alors nous nous sommes rendu compte que les femmes étaient beaucoup mieux que nous. Ce dont ils avaient besoin, c’était une source de revenus fiable. “

Les crèches gagnent maintenant une commission pour chaque personne qu’ils désignent à Lakheni.

L’entreprise a commencé par cinq “groupes d’achat” et il y a maintenant 98 à Khayelitsha.

Ils espèrent avoir 200 groupes d’ici la fin de l’année.

Khojane a déclaré que l’une des plus grandes leçons qu’il a appris n’était pas de penser aux communautés à faible revenu comme des endroits où rien ne fonctionnait.

“Le contraire est vrai. Nous ne serions pas là où nous en sommes maintenant si ce n’était pas pour les choses qui fonctionnent.

“Ce qui fonctionne, c’est que les gens se soutiennent et qu’ils ont un réseau”.

La deuxième plus grande leçon était de ne pas attendre que tout soit parfait avant qu’ils ne commencent l’affaire.

“Commencez. Vous ne voyez que les changements que vous devez faire lorsque vous commencez », at-elle déclaré.

INSCRIVEZ-VOUS POUR UNE MISE À JOUR GRATUITE: Obtenez les dernières nouvelles et opinions commerciales de Fin24 dans votre boîte de réception.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*